•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les retombées d'une meilleure gestion des boisés privés

Coupe dans une forêt

Coupe dans une forêt

Radio-Canada

Une meilleure gestion des lots boisés privés au Nouveau-Brunswick exercerait un impact positif important sur l'économie, selon une étude commandée par la Coopérative forestière du nord-ouest.

Cet organisme a vu le jour il y a un peu plus d'un an. Son objectif est d'aider les propriétaires à prendre de bonnes décisions concernant l'aménagement de leurs lots boisés privés.

La Coopérative forestière a préparé un plan d'aménagement durable pour les lots boisés privés de la région. Ses dirigeants souhaitent que 60 % des terres boisées soit un jour aménagées selon ce plan. Actuellement, seulement 2 % d'entre elles le sont.

L'économiste André Leclerc affirme que des changements dans les pratiques d'aménagement entraîneraient des retombées considérables dans la région.

On se rend compte qu'on pourrait multiplier au moins par 10 fois le nombre d'emplois créés par les propriétaires de lots boisés privés.

André Leclerc, économiste

Ce secteur génère en ce moment une cinquantaine d'emplois, mais pour bien réussir ce virage, le président de la Coopérative forestière, Guy Paillard, réclame un statut particulier pour la région. Il souhaite que Fredericton reconnaisse le nord-ouest comme une région pilote en matière de gestion de lots boisés.

« On deviendrait peut-être un modèle pour la province si ça fait boule de neige. C'est ce qu'on croit et c'est ce qu'on espère », indique M. Paillard.

Le nord-ouest du Nouveau-Brunswick compte plus de 2000 propriétaires de terrains boisés. Une soixantaine d'entre eux sont membres de la Coopérative forestière.

Industrie forestière

Économie