•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie de la construction et les valeurs mobilières sous la loupe d'Ottawa

Chantier de construction

Chantier de construction

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère fédéral de la Sécurité publique a commandé deux études sur le rôle du crime organisé dans les secteurs de la construction et des valeurs mobilières au Québec et en Colombie-Britannique. L'information a été rapportée par le journal La Presse dans son édition de mardi.

Sans expliquer les raisons pour lesquelles ces deux études ont été commandées, le ministère de la Sécurité a confirmé qu'elles visaient le secteur de la construction commerciale et celui des valeurs mobilières.

« Les marchés ont été attribués plus tôt cette année, et les travaux ont commencé. L'étude sur le secteur de la construction visera le Québec et la Colombie-Britannique. Les résultats des études seront rendus publics, mais la date de diffusion des rapports n'a pas été confirmée », a indiqué à La Presse Jessica McDonald, porte-parole du ministère de la Sécurité publique.

Selon le quotidien montréalais, la firme Compliance Strategy Group (CSG) doit remettre son rapport sur le secteur de la construction d'ici la fin de mai, tandis que le rapport sur le secteur des valeurs mobilières devrait être terminé d'ici le 31 octobre prochain. CSG recevra 90 400 $ pour chaque rapport.

En février, le gouvernement du Québec a créé l'Unité permanente anticorruption (UPAC) pour lutter contre le trafic d'influence, la corruption et la collusion dans les contrats publics. Cette annonce a été faite au moment où l'opposition officielle et plusieurs organismes demandent la tenue d'une commission d'enquête sur l'industrie de la construction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !