•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Génocide au Rwanda : 30 ans de prison pour le général Bizimungu

Augustin Bizimungu a été nommé chef d'état-major de l'armée rwandaise le 16 avril 1994.

Augustin Bizimungu a été nommé chef d'état-major de l'armée rwandaise le 16 avril 1994.

Photo : AFP / Vincent Amalvy

Radio-Canada

L'ex-chef d'état-major de l'armée rwandaise Augustin Bizimungu a été condamné mardi à 30 ans de prison par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), pour son rôle dans le génocide de 1994.

Le général Bizimungu a été jugé dans le cadre du procès « Militaire II ». Étaient aussi accusés dans ce procès l'ancien chef d'état-major de la gendarmerie, le général Augustin Ndindiliyimana, le major François-Xavier Nzuwonemeye et le capitaine Innocent Sagahutu.

Le général Ndindiliyimana a été reconnu coupable de crimes de génocide. Il a toutefois été libéré après avoir été condamné « à une peine équivalant au temps passé en détention depuis son arrestation ». Il aura passé 11 ans derrière les barreaux.

Le TPIR, basé à Arusha, en Tanzanie, a jugé que Bizimungu exerçait un contrôle total sur les hommes qu'il commandait, tandis que Ndindiliyimana n'avait qu'un « contrôle limité » sur ses hommes.

Le major Nzuwonemeye, ancien commandant du bataillon de reconnaissance, et le capitaine Innocent Sagahutu, qui commandait un escadron de cette unité d'élite, ont été condamnés à 20 ans de prison.

Le procès « Militaire I » s'est traduit par la condamnation du colonel Theoneste Bagasora et de deux autres hauts responsables de l'armée.

En décembre 2008, Bagasora, considéré comme le cerveau du génocide, avait été condamné par le TPIR à la prison à perpétuité après qu'il eut été reconnu coupable de crimes de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre. Il avait porté le verdict en appel.

Le génocide du Rwanda a fait, selon l'ONU, environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsie, mais aussi parmi les Hutus modérés.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International