•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentats de Mumbai : un présumé terroriste canadien au banc des accusés

Dessin judiciaire de Tahawwur Rana réalisé en décembre 2009.

Dessin judiciaire de Tahawwur Rana réalisé en décembre 2009.

Photo : AFP / Verna Sadock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Chicago, le procès du Canadien Tahawwur Rana s'est ouvert lundi. Il pourrait donner lieu à des révélations troublantes sur les liens entre les services secrets pakistanais et des groupes extrémistes susceptibles de servir leurs intérêts.

Rana, qui est détenu aux États-Unis depuis 2009, est accusé de complicité dans les attentats de Mumbai qui ont fait 166 morts en novembre 2008. Le gouvernement indien impute l'attentat au groupe extrémiste pakistanais Lashkar-e-Taïba.

La journée de lundi est consacrée à la sélection des jurés. La procédure risque de prendre quelques jours, car une centaine de personnes sont sur les rangs.

David Headley, le principal témoin

Le principal témoin que les procureurs fédéraux comptent appeler à la barre dans le cadre de ce procès est David Headley, un Pakistano-Américain qui a plaidé coupable l'an dernier à 12 chefs d'accusation liés à des activités terroristes.

Il a notamment reconnu avoir contribué à la planification de l'attentat de Mumbai pour Lashkar-e-Taïba.

Headley est un ami d'enfance de Tahawwur Rana. Les deux hommes se sont connus dans un pensionnat pakistanais situé non loin d'Islamabad. Depuis qu'il a plaidé coupable dans le but d'éviter la peine de mort, Headley collabore avec le gouvernement américain.

Dans la cadre de son procès, Headley a soutenu que Rana l'avait aidé dans ses missions de repérage à Mumbai. Selon lui, Rana l'aurait notamment laissé ouvrir une succursale de son entreprise, First World Immigration Services, à Mumbai et lui aurait permis de voyager à titre de représentant de l'agence, ce qui était faux.

Dans des documents judiciaires, les avocats de Rana ont affirmé que leur client croyait que Headley travaillait pour les services secrets pakistanais, connus sous l'acronyme ISI (Inter-Services Intelligence). Headley aurait lui-même admis avoir dit à Rana qu'on lui avait demandé de faire « de l'espionnage pour le compte de l'ISI ».

D'autres détails du témoignage de Headley ont été révélés dans un rapport des enquêteurs indiens venus l'interroger à Chicago. Headley, écrivent-ils dans ce rapport, aurait expliqué comment l'ISI aurait été lourdement impliqué dans l'attentat.

Headley, indique le rapport, soutient s'être rapporté à un homme appelé « Major Iqbal », qui aurait été responsable des relations avec Lashkar-e-Taïba. L'ISI a toujours officiellement démenti entretenir des liens avec ce groupe, officiellement interdit.

L'affaire survient au moment où de nombreux politiciens et commentateurs américains s'interrogent sur les liens que l'ISI, où certains de ses agents, auraient pu entretenir avec Oussama ben Laden.

Le fondateur d'Al-Qaïda a été tué lors d'un raid américain au Pakistan le 1er mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !