•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suisse : les Zurichois veulent le maintien du suicide assisté

Image du documentaire «Right To Die?» sur le suicide assisté. On y voit l'Américain Craig Ewert, 59 ans. Cet homme, qui souffrait d'une maladie cérébrale dégénérative, a mis fin à ses jours en 2006 dans une clinique de Zurich.
Image du documentaire «Right To Die?» sur le suicide assisté. On y voit l'Américain Craig Ewert, 59 ans. Cet homme, qui souffrait d'une maladie cérébrale dégénérative, a mis fin à ses jours en 2006 dans une clinique de Zurich. Photo: AFP / Shaun Curry
Radio-Canada

Les électeurs du canton suisse de Zurich ont rejeté, dimanche, deux propositions visant à interdire ou limiter le suicide assisté.

La première proposition visait à demander une interdiction au niveau national de l'aide au suicide et la seconde avait pour but de limiter « le tourisme de la mort dans le canton de Zurich ». Seules les personnes ayant résidé au moins un an dans le canton auraient pu solliciter une assistance au suicide.

Les deux initiatives, présentées par l'Union démocratique fédérale et le Parti évangélique, ont été rejetées massivement par les citoyens à 85 % et 78 %, respectivement. Elles n'étaient pas appuyées par les autres partis, ni par le gouvernement zurichois.

En vertu de sa législation, la Suisse tolère l'assistance médicale au suicide à condition qu'elle ne soit pas faite pour des « motifs égoïstes ».

De plus, cette aide ne peut être apportée que de façon passive, c'est-à-dire qu'il est permis de procurer un médicament fatal à une personne qui souhaite mourir, mais il est strictement interdit de lui administrer ou de l'aider à le prendre.

Quelque 200 personnes ont recours au suicide assisté chaque année dans Zurich. Ce canton, le plus peuplé de la Suisse, accueille régulièrement des citoyens de la France, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne qui veulent mettre fin à leur jour.

La hausse des demandes a provoqué un vif débat en Suisse.

D'ailleurs, le gouvernement de la Confédération a indiqué qu'il étudiait la possibilité d'amender la législation pour s'assurer que le suicide assisté soit utilisé seulement en dernier recours par des malades en phase terminale et pour limiter le tourisme de la mort.

Le suicide assisté au Canada

Au Canada, le suicide assisté est un acte criminel passible d'une peine d'emprisonnement, tout comme l'euthanasie. Le gouvernement du Québec a lancé en septembre dernier une consultation publique sur le droit de mourir dans la dignité. Les audiences se sont tenues dans tout le Québec, et la commission doit remettre un rapport très attendu à l'automne 2011. (Voir notre dossier sur la commission)

Euthanasie

International