ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cerveau scientifique

Des régions associées à l'expertise scientifique ont été identifiées par des chercheurs de l'UQAM.

Pour arriver à bien les cerner, le chercheur Steeve Masson et ses collègues de l'UQAM ont demandé à 11 experts et à 12 novices en sciences de répondre à certaines questions alors qu'ils se trouvaient dans un appareil d'imagerie par résonance magnétique.

Les participants devaient établir si certains circuits électriques étaient scientifiquement corrects ou incorrects et devaient choisir parmi :

Le cerveau d'un homme Photo : iStockphoto
  • des circuits naïfs (conception erronée voulant qu'un seul fil soit suffisant pour allumer une ampoule)
  • des circuits scientifiques (conception scientifiquement correcte)
  • des circuits de contrôle (conception voulant que les ampoules s'allument même lorsque les fils sont brisés).

Les participants devaient analyser 20 circuits de chacun de ces groupes. Les résultats montrent que les différentes régions du lobe frontal habituellement associées à l'inhibition étaient plus activées chez les experts que chez les novices en sciences lors de l'évaluation de circuits électriques naïfs.

Ces zones incluent le cortex préfrontal, le cortex médial et le cortex singulaire antérieur. Les chercheurs expliquent que ces régions sont habituellement activées lorsqu'il faut inhiber une réponse incorrecte qui vient spontanément à l'esprit.

Science