•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les militants anti-avortement comptent sur la majorité conservatrice

Georges Buscemi, président de la Campagne Québec-Vie

Georges Buscemi, président de la Campagne Québec-Vie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers de militants pro-vie se sont donné rendez-vous jeudi sur la colline du Parlement à Ottawa, à l'occasion de la manifestation annuelle contre l'avortement.

Ils demandent au gouvernement canadien de restreindre le recours à l'avortement et fondent beaucoup d'espoir sur la nouvelle majorité conservatrice.

Stephen Harper a répété durant la campagne électorale qu'il n'avait pas l'intention de ramener la question devant le Parlement, mais les manifestants croient que ses députés pourraient le faire changer d'avis.

Ils estiment qu'environ 40 % des membres du caucus conservateur sont favorables à leur cause et espèrent que l'un des députés présentera un projet de loi privé pour resserrer les conditions d'accès à l'avortement. Selon les militants pro-vie, quelque 120 000 avortements sont pratiqués chaque année au Canada. Beaucoup trop, à leur avis.

« Si vous avez à coeur le bien commun du pays, il va falloir que vous trouviez des moyens pour réduire le taux d'avortements au pays. C'est une question de population, de renouvellement de la population canadienne, c'est une question économique, mais surtout morale », affirme le président de la Campagne Québec-vie, George Buscemi.

M. Buscemi croit que les élus conservateurs pourront d'autant plus faire avancer sa cause que le gouvernement a devant lui une opposition officielle « pleine d'amateurs ».

L'année dernière, lors du même événement, les militants anti-avortement se réjouissaient de la décision du gouvernement Harper de ne plus financer les services d'avortement à l'étranger dans le cadre de son initiative sur la santé maternelle.

Des militants pro-choix font contrepoids

En moins grand nombre, des manifestants pro-avortement sont venus faire contrepoids au rassemblement. Ils sont très inquiets de voir les conservateurs majoritaires à Ottawa.

« Que Harper disent qu'il veuille ou non, ce n'est pas son choix maintenant, parce qu'il a une majorité. Parce que la majorité de son cabinet, c'est des personnes antichoix, ça va arriver. C'est malheureux, franchement », affirme Julie Lalonde, militante pro-choix.

Cette manifestation contre l'avortement constitue le plus grand rassemblement du genre au Canada. Elle se tient chaque année à l'occasion de l'anniversaire de l'adoption du projet de loi omnibus de 1969, qui a décriminalisé l'avortement à des fins thérapeutiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !