ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévenir la maladie d'Alzheimer grâce aux oméga-3

Une capsule d'oméga-3
Radio-Canada

Les acides gras oméga-3 pourraient jouer un rôle préventif dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer, selon des travaux présentés dans le cadre du Congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas) qui se tient à Sherbrooke cette semaine.

Les chercheurs prétendent qu'un apport régulier en oméga-3 tout au long de la vie adulte retarderait le déclin cognitif associé à cette maladie qui touche 500 000 Canadiens.

Explications

Le cerveau humain est riche en oméga-3. Ces gras sont reconnus pour leur rôle dans le bon fonctionnement des neurones et des cellules nerveuses.

Le chercheur Frédéric Calon et ses collègues de l'Université Laval ont montré, sur un modèle animal, qu'une diète riche en oméga-3 augmente la mémoire et améliore la capacité cognitive.

On a vu aussi certains changements dans la fonction des neurones qui semblent aussi indiquer que les neurones sont plus en santé chez les animaux auxquels on a donné une supplémentation en oméga-3.

Frédéric Calon, biochimiste

De la souris à l'homme, il y a toujours un pas à franchir, mais ces résultats portent à croire que les oméga-3 pourraient devenir un outil de prévention.

On ne peut pas espérer pouvoir ressusciter des neurones. Donc, il va falloir qu'on s'inspire un peu plus de ce qu'on a vu, nous, chez l'animal pour comprendre que chez l'humain, il va falloir travailler plus en prévention. Donc, les oméga-3 ça peut être un outil, mais plus avant que la maladie soit démarrée.

Frédéric Calon, biochimiste

Une autre équipe de recherche, de l'Université de Sherbrooke celle-ci, s'est penchée sur le lien entre les oméga-3 et la maladie d'Alzheimer. Les travaux de Mélanie Plourde et de ses collègues ont montré que, chez des souris ayant un gène qui prédispose à cette maladie (et présent dans près de 25 % des humains), la maladie réduit la présence des oméga-3 dans le cerveau.

Les chercheurs veulent maintenant établir un parallèle entre leurs études sur la souris et l'humain afin de mieux comprendre l'importance du métabolisme des oméga-3 dans le maintien des fonctions cognitives avec l'âge.

On pense qu'il y aurait peut-être une connexion entre une altération au niveau du métabolisme des oméga-3 et une altération de la cognition en tant que telle. Donc, on va tenter d'investiguer davantage ce lien-là dans les prochaines années.

Frédéric Calon

Les chercheurs estiment que pour obtenir un effet préventif, un humain doit consommer un gramme d'oméga-3 quotidiennement, préférablement en provenance de poissons gras comme le saumon, la truite, le flétan ou la sardine.

D'autres travaux ont montré que ces acides ont aussi des effets bénéfiques sur le système cardiovasculaire et qu'ils ralentiraient la progression de certaines maladies des yeux,comme la rétinopathie.

D'après un reportage de Michel Rochon

Maladie

Science