•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pêcheurs de thon craignent la fin de leur industrie

Pêcheurs de thons

Pêcheurs de thon rouge à l'Île-du-Prince-Édouard (archives).

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les pêcheurs réagissent avec inquiétude à la proposition d'inscrire le thon rouge de l'Atlantique sur la liste canadienne des espèces en péril.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) recommande d'inscrire le thon rouge sur la liste des espèces en voie de disparition, étant donné le bas niveau des stocks. Ce comité indépendant explique que le thon rouge est en fort déclin depuis les années 1970 à cause de la surpêche.

Alan Sinclair, membre du COSEPAC, préconise un moratoire sur cette pêche. Il croit que ce serait un moyen de rétablir les stocks de thon rouge.

Le COSEPAC ne fait toutefois que des recommandations au ministre fédéral de l'Environnement, qui prendra ensuite une décision.

Selon le pêcheur Walter Bruce, il s'agit d'un autre clou dans le cercueil de son industrie. Il est clair pour lui qu'Ottawa devra protéger le thon rouge et interdire la pêche.

Les États-Unis évaluent aussi la possibilité d'ajouter ce poisson à leur liste des espèces en péril, souligne M. Bruce.

Walter Bruce précise que de toute façon, les pêcheurs ont délaissé le thon au fil des ans. Il dit que même si ce poisson est très recherché, il est de moins en moins rentable de le pêcher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !