•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surveillance resserrée de la pêche au crabe

Crabes
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les agents du ministère des Pêches et des Océans sont plus que jamais présents sur les quais. Ils surveillent les bateaux de pêche au crabe, à l'affût de tout débarquement illégal.

Auparavant, dans la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, les agents effectuaient occasionnellement des inspections surprises. Cette saison, ils sont deux, parfois trois ou quatre, et ils surveillent attentivement les débarquements de crabe.

Le capitaine Martin Noël, président de l'Association des pêcheurs professionnels crabiers acadiens, a remarqué le phénomène.

« Cette année, je vous donne un exemple, ça fait deux déchargements que je fais. J'ai eu deux fois la visite des officiers pendant toute la durée du déchargement. C'est inhabituel. On ne voyait pas ça du tout », précise M. Noël.

Une porte-parole de Pêches et Océans Canada affirme qu'aucun responsable n'accorde d'entrevue aux médias au sujet de ces nouvelles procédures. Elle indique que cette surveillance accrue est en vigueur non seulement dans la Péninsule acadienne, mais un peu partout dans l'est du pays. Elle ajoute que c'est à la demande même de l'industrie que les agents sont plus présents sur les quais.

Martin Noël reconnaît que cette demande est faite depuis longtemps en coulisse, même si elle n'a pas été formulée officiellement. Il espère que cette surveillance ne soit pas seulement augmentée dans les principaux lieux de débarquement.

« Est-ce que le problème est réellement aux endroits spécifiques où on met de l'emphase présentement? J'aurais un peu de difficulté à vous le dire, parce que les débarquements illégaux, il n'y en a pas beaucoup qui se font prendre sur le fait. Je ne pense pas que le problème est sur les quais principaux, comme à Shippagan, Caraquet ou Lamèque », explique M. Noël.

Pêches et Océans a donc plus que jamais à l'oeil les débarquements de crabe, mais le ministère refuse d'expliquer sa nouvelle stratégie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie