•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau des rivières baisse au Bas-Saint-Laurent

Radio-Canada

Les résidents des rives des rivières Mitis et Matane ont poussé un soupir de soulagement, vendredi matin. Durant la nuit, le débit des deux rivières s'est abaissé. Les risques d'inondations sont pour le moment écartés, même si la Sécurité civile maintient sa surveillance en raison de la pluie annoncée d'ici samedi.

Rivière Matane

Depuis jeudi, le débit de la rivière Matane est passé de 564 mètres cubes par seconde à 420 mètres cubes par seconde. Le niveau d'eau de la rivière s'est donc légèrement abaissé, même s'il demeure plus élevé que la normale. Les personnes évacuées au cours des derniers jours ont pu regagner leur domicile.

riviere-mataneLa rivière Matane demeure sous surveillance même si son niveau s'est abaissé au cours des dernières heures.

À Matane, jeudi, la ville s'était mise en état de veille et surveillait entre autres le secteur de Saint-René où la rivière menaçait de déborder. Le débit de la rivière a grimpé jusqu'à plus de 560 mètres cubes à la seconde.

Une quinzaine de résidences et 27 personnes du secteur de Saint-René de Matane, de Place Lapierre, de la route du Centre-de-Ski et du chemin de la Balade ont été évacuées. Certaines personnes évacuées ont été prises en charge par la Croix-Rouge.


Rivière Mitis

Plus à l'ouest, la crue des eaux de la rivière Mitis a forcé des évacuations dans les municipalités de Sainte-Angèle-de-Mérici et de Ste-Jeanne d'Arc. Des maisons ont été inondées dans la route du Portage à Sainte-Jeanne-d'Arc et dans la rue des Riverains à Sainte-Angèle. Une dizaine de résidences et une vingtaine de chalets ont été envahis par l'eau de la rivière. Les personnes évacuées ont été relogées temporairement dans des auberges ou de motels.

Jean-Jacques Carrier, un riverain qui a été évacué, a apprécié le service offert par la Sécurité civile : « On n'est pas nerveux parce qu'on est bien assistés. » Le service de la Sécurité civile de la MRC de La Mitis a ouvert un centre d'accueil pour les personnes évacuées à la salle paroissiale de Sainte-Angèle.

Alain Carrier, maire de Sainte-Angèle-de-MericiAlain Carrier, maire de Sainte-Angèle-de-Merici

La Sécurité civile se préparait à élargir son périmètre d'évacuation, vendredi, lorsqu'Hydro-Québec a ouvert les vannes du barrage du lac Mitis. Quelque 200 riverains avaient été prévenus de la possibilité de devoir quitter leur résidence. Une dizaine de pompiers volontaires de Sainte-Luce et de Métis-sur-Mer se sont rendus sur les lieux avec des canots pneumatiques. Il n'a pas été nécessaire de procéder à ces évacuations.

La rivière Mitis n'a toutefois pas encore regagné son lit. Les inondations provoquent la fermeture de plusieurs routes dans l'Est-du-Québec. La route 234 demeure fermée dans les deux directions entre Sainte-Angèle-de-Mérici et Price et ce, pour une durée indéterminée. Le chemin du Portage et la rue des Riverains à Ste-Angèle sont également fermés.

Le maire de la municipalité, Alain Carrier, est conscient que la rivière Mitis déborde presque tous les ans. Il jugerait par contre très difficile pour sa municipalité d'adopter une réglementation obligeant les riverains à déménager à l'extérieur des zones à risque. Selon le maire, les inondations causées par la Mitis n'ont jamais causé de dommages majeurs.

Autres rivières

Le débit des rivières Ouelle, Rimouski, Trois-Pistoles et Neigette a légèrement diminué au cours des dernières heures.

Au Témiscouata, le niveau du lac Pohénégamook est très élevé. La municipalité de Pohénégamook est en préalerte. La directrice de la Sécurité civile pour le Bas-Saint-Laurent, Guylaine Rousseau précise que le pont Saint-Joseph à Squatec pourrait être fermé en raison de la montée de la rivière Horton. Une dizaine de résidences pourrait alors être menacées d'inondation.

La rivière du Loup est aussi près de son débit record. Le maire de Rvière-du-Loup, Michel Morin, indique que la situation est surtout préoccupante dans le secteur du parc Mailloux.

Est du Québec

Incidents et catastrophes naturelles