•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La candidature de Ruth Ellen Brosseau contestée

Ellen Brosseau du NPD
Radio-Canada

Au lendemain du scrutin, la candidature de la nouvelle députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau, est contestée.

En effet, selon l'agent officiel du Parti libéral du Canada de cette circonscription, Michel Périgny, les signatures recueillies sur l'acte de candidature de la néo-démocrate, qui s'est fait connaître pour avoir passé une partie de la campagne électorale à Las Vegas, présenteraient des irrégularités.

« Je suis vraiment surpris d'apprendre que j'ai signé ce formulaire! Je n'ai aucun souvenir de ça et pourtant, ç'a eu lieu il y a un mois. La signature de mon épouse qui s'y retrouve ne ressemble pas du tout à la sienne. C'est comme un graffiti! C'est complètement aberrant! », s'indigne un citoyen, René Young, qui a appris que sa signature se retrouve sur le formulaire de la nouvelle députée.

Le Parti libéral mène son enquête. « Nous avons appelé quelques personnes qui auraient signé l'acte de candidature de Mme Brosseau et ils pensaient avoir signé une pétition. Ils affirment qu'il n'y avait pas de nom en haut du formulaire. Ce n'est pas légal de procéder de la sorte », dit M. Périgny.

Le NPD réfute les accusations

Thomas Mulcair et des députés néo-démocrates lors d'un point de presse à Montréal (3 mai 2011)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Thomas Mulcair et des députés néo-démocrates, lors d'un point de presse à Montréal (3 mai 2011)

Du côté du NPD, Thomas Mulcair est formel. « Ça, c'est un truc impensable, irréaliste, ça n'a jamais eu lieu. Les signatures sont des signatures. Je n'ai jamais entendu un truc comme ça de ma vie, sauf sur une autre chaîne de nouvelles qui l'a rapporté ce matin. C'est absurde, c'est une fausse nouvelle », a-t-il démenti.

Pour ce qui est de l'absence de Mme Brosseau de sa circonscription depuis le début de la campagne électorale, Thomas Mulcair affirme que le parti est en contact avec elle.

« Le parti lui a parlé. Les recruteurs à Ottawa considèrent peut-être son français suffisant à Ottawa, mais on sait que le bilinguisme n'y est pas le même qu'à Berthier-Maskinongé. Sur les 59 nouveaux élus du NPD, il n'y en a qu'une qui n'a pas un français adéquat pour l'instant. Elle a quatre ans pour le parfaire. », a conclu Thomas Mulcair.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique