•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dossier de santé du Québec est un « échec »

Le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance
Le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance Photo: La Presse canadienne / Clément Allard

Le vérificateur général du Québec, Renaud Lachance, conclut que le projet visant à informatiser l'ensemble des dossiers médicaux et cliniques du réseau de la santé du Québec, connu sous le nom de Dossier santé du Québec (DSQ), est un « échec ».

L'estimation des coûts reliés à sa mise en oeuvre par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) est par ailleurs « non crédible », affirme-t-il dans le deuxième tome de son rapport annuel, soumis mercredi à l'Assemblée nationale.

Si l'ont tient compte des coûts d'implantation des Dossiers de patients électroniques (DPE), soutient M. Lachance, la facture totale du projet risque de s'élever à au moins 1,4 milliard de dollars, une augmentation de près de 900 millions par rapport à la somme de 563 millions prévue en 2006.

Les paramètres initiaux du projet, soit les coûts, la portée et l'échéancier, ne seront pas respectés. Compte tenu de ces changements, nous considérons que le projet sous sa forme définie à l'origine n'existe plus et, en ce sens, est un échec.

Renaud Lachance

M. Lachance explique que la dérive du projet est attribuable à un changement de stratégie de la part de Québec. Le gouvernement voulait au départ développer une plateforme unique pour toutes les régions du Québec; il a travaillé à cette conception-là pendant un certain temps, mais a finalement opté pour arrimer différentes plateformes déjà utilisées dans le réseau.

« Au départ, le projet tel que défini en 2006 pouvait avoir un certain sens, mais ce n'était pas la stratégie choisie dans les autres provinces. Les autres provinces ont choisi tout de suite d'arrimer ce qui existait déjà », affirme le vérificateur général.

En 2010, ça a été une année de transition, de réflexion, pour conclure qu'on change de stratégie, alors que les autres [provinces] sont partis tout de suite avec la stratégie d'arrimage.

Renaud Lachance

Conséquemment, dit M. Lachance, la facture initiale de 563 millions de dollars ne pourra être respectée. « Les estimés des gens concernés disent qu'implanter les Dossiers de patients électroniques va coûter 900 millions. Les interreliés entre eux, qui est le DSQ, nous on estime que ça devrait coûter plus que 500 millions. Donc, quand vous additionnez les deux chiffres, vous dites : pour finir l'informatisation du réseau, ça pourrait coûter 1,4 milliard. »

Le vérificateur général note que les dépenses du ministère pour le DSQ s'élevaient à 308 millions de dollars en décembre 2010, ce qui correspond à 55 % du budget initial. À ce moment, soutient M. Lachance, la direction qui avait la responsabilité de ce projet a évalué que le risque de non-respect du budget était nul, alors qu'elle jugeait ce même risque « très élevé » deux mois plus tôt.

« De notre point de vue, il ne s'était rien passé de particulier pour qu'on change l'évaluation », affirme le vérificateur général du Québec.

L'affirmation du ministère relative au respect du budget initial est irréaliste, puisque le projet original du DSQ n'est plus celui que le MSSS concrétise et parce que certains coûts ne seront plus comptabilisés dans le budget du DSQ, mais dans le budget courant du ministère ou du propriétaire de l'actif.

Renaud Lachance

Le vérificateur général du Québec souligne que le projet d'informatisation progresse moins rapidement au Québec qu'ailleurs au Canada. Il est actuellement réalisé à 38 %, selon Inforoute Santé Canada (ISC), comparativement à 74 % en moyenne dans le reste du Canada.

Étant donné que les ententes signées avec ISC « tenaient compte du projet qu'on voulait bâtir et [que] les sommes sont versées en fonction du degré d'avancement », dit M. Lachance, les fonds versés dans le cadre du projet pourraient ête amputés de 50 millions de dollars.

À l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Yves Bolduc, a soutenu que le projet de DSQ respectait les coûts prévus, et qu'il ne fallait pas le confondre avec le dossier des DPE.

En mars dernier, le ministre Bolduc a promis l'informatisation complète des dossiers médicaux et cliniques dans le réseau de la santé d'ici cinq ans. Québec visait originalement une informatisation complète des dossiers médicaux en 2010.

Le vérificateur général s'est aussi penché sur la mauvaise gestion du crédit d'impôt pour les chemins forestiers. Cliquez ici pour lire notre article à ce sujet.

Ottawa-Gatineau

Politique