•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SPCA exhume les chiens de traîneaux abattus

Chiens de traîneau à Whistler

Chiens de traîneau à Whistler

Photo : La Presse Canadienne

Radio-Canada

La Société protectrice des animaux (SPCA) a embauché des experts en médecine légale qui tenteront de déterminer, une carcasse à la fois, les causes exactes de la mort de 100 chiens de traîneaux abattus à Whistler l'an dernier.

Les experts qui ont travaillé sur des cas célèbres comme celui du tueur en série Robert Pickton et sur les fosses communes en ex-Yougoslavie ont visité, dimanche, le site où ont été enterrés les chiens.

Les chiens seront exhumés et une autopsie sera pratiquée sur chacun d'entre eux. Le travail devrait prendre une semaine.

« C'est le cas de cruauté animale le plus important que la province ait connu et notre plus grande enquête », affirme Marcie Moriarty de la SPCA.

L'organisme va débourser 225 000 $ pour faire la lumière sur ce qui a poussé un employé de la compagnie Outdoor Adventures à tuer les 100 chiens à la suite des Jeux olympiques de 2010.

L'histoire a été révélée en janvier dans un rapport de la commission des normes du travail de la province.

L'employé responsable du carnage avait demandé et obtenu une compensation pour stress post-traumatique.

L'affaire avait fait le tour de la planète, portant un dur coup à la réputation de la Colombie-Britannique.

La province a rapidement promis de nouvelles lois pour mieux protéger les chiens de traîneaux. Ceux qui sont accusés de cruauté animale pourront faire face à des amendes allant jusqu'à 75 000 $ et une sentence de deux ans de prison.

La SPCA pourrait recommander des accusations à la suite de son enquête.

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux