•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mécontentement à la Communauté métropolitaine de Montréal au sujet du plan d'aménagement

Vue de la ville de Montréal

Vue de la ville de Montréal

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les maires de la section nord de la couronne de Montréal ont vivement dénoncé le nouveau plan d'aménagement et de développement rendu public jeudi par la Communauté métropolitaine de Montréal et ont même refusé de participer au vote en vue de son adoption.

Le plan d'aménagement métropolitain prévoit le développement de la grande région métropolitaine pour les 20 prochaines années.

Il propose des quartiers denses à proximité d'un grand réseau de transport en commun et un réseau récréotouristique avec des aires naturelles protégées.

Manque de terrains

Selon le plan, le territoire développable actuel sera bloqué pendant les cinq prochaines années. Mais les maires du nord de la couronne de Montréal affirment qu'ils manquent cruellement de terrains tant pour le développement industriel que pour le développement résidentiel.

« On vient de reculer le développement des couronnes pour les dix prochaines années. On travaille actuellement sur un projet de deux millions de pieds carrés et on va le perdre. L'entreprise va être rendue à Plattsburgh », a dénoncé Hubert Meilleur, le maire de Mirabel.

Le maire de Blainville, François Cantin, a lui aussi critiqué ce plan d'aménagement : « La croissance démographique chez nous est importante. Les gens veulent venir chez nous, mais là, ce qu'on leur dit, c'est qu'on aime mieux garder tout ça à Montréal, quitte à perdre des opportunités ».

Adoption du plan d'aménagement

Les maires du nord de la couronne ont demandé 30 jours pour tenter d'arriver à un compromis. Cette proposition a été rejetée et le plan a été adopté en l'absence des maires qui se sont retirés du conseil.

Les agglomérations et les MRC ont 120 jours pour présenter un avis. « Je pense qu'au cours des prochaines semaines et des prochains mois, on aura l'occasion d'écouter attentivement les commentaires qui sont faits et de bonifier le projet », a déclaré Gérald Tremblay, le maire de Montréal et président de la CMM.

Des audiences publiques sont prévues pour l'automne et le plan devra être adopté au plus tard le 31 décembre.

D'après un reportage de Francine Plourde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !