•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Référendum au Nunavik : les Inuits disent non

Nunavik
Nunavik Photo: AFP / ROGERIO BARBOSA
Radio-Canada

Au Nunavik, une majorité d'électeurs ont voté contre l'Entente finale sur la création d'un gouvernement régional.

Les résultats


  • 66 % électeurs ont voté Non, soit 2842 votes sur les 4242 exprimés
  • 34 %, soit 1400 électeurs, ont répondu qu'ils souhaitaient la création d'un gouvernement régional du Nunavik
  • Le Non a été majoritaire dans l'ensemble des 14 villages du Nunavik, ainsi que parmi les électeurs qui ont voté à l'extérieur du territoire
  • Au total, 54,5 % des 7881 électeurs inscrits sur la liste référendaire ont exercé leur droit de vote

L'approbation de l'entente était conditionnelle à ce qu'une majorité des voix exprimées au moment du référendum soit en faveur de l'Entente et que cette majorité représente au moins 25 % plus un de tous les électeurs habilités à voter.

L'Entente finale sur la création du gouvernement régional du Nunavik avait été conclue entre le gouvernement fédéral, le gouvernement du Québec et la Société Makivik, qui représente les intérêts des bénéficiaires inuits de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

Elle prévoyait notamment la fusion de trois organismes publics du Nunavik, soit l'Administration régionale Kativik, la Commission scolaire Kativik et la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik.

L'entente aurait permis aux Inuits de se doter d'un gouvernement qui aurait administré les finances, les affaires municipales, l'éducation et les soins de santé sur leur territoire. Formé d'un conseil exécutif de 21 membres et d'une assemblée, le gouvernement aurait eu le pouvoir de gérer la population du Nunavik.

Kuujjuaq, au Nunavik

Le gouvernement régional aurait remplacé ainsi trois instances d'organismes publics : l'administration régionale Kativik, la Commission scolaire Kativik et la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik.

L'accord n'aurait pas octroyé de nouveaux pouvoirs de gestion, mais ceux-ci auraient été regroupés entre les mains des élus choisis par les quelque 8000 Inuits qui vivent sur ce territoire immense représentant le tiers de la superficie du Québec.

Le Nunavik serait demeuré subordonné à l'Assemblée nationale et à la Chambre des communes. De même, les chartes des droits, fédérale et provinciale, auraient continué de s'appliquer au nord du 55e parallèle. Les budgets des trois institutions auraient été fondus en une seule enveloppe qui aurait totalisé 320 millions de dollars - financés à 75 % par Québec et à 25 % par Ottawa. Les trois paliers de gouvernement du Nunavik emploient 1100 personnes.

Politique