•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sort d'Abyei menace la paix au Soudan

Vue de la région d'Abyei, située à cheval entre le Nord et le Sud du Soudan.
Vue de la région d'Abyei, située à cheval entre le Nord et le Sud du Soudan. Photo: AFP / Trevor Snapp

Dans un discours télévisé prononcé jeudi, le président soudanais Omar El-Béchir a menacé de ne pas reconnaître le futur État du Sud-Soudan s'il s'entête à revendiquer la région pétrolifère d'Abyei, située à cheval entre le Nord et le Sud du pays.

Cette déclaration survient quelques jours après le dévoilement d'un projet de Constitution du Sud-Soudan, qui mentionne explicitement qu'Abyei fait partie de son territoire. Le Sud-Soudan doit accéder à l'indépendance le 9 juillet.

« Nous ne reconnaîtrons pas le nouvel État du Sud-Soudan s'il mentionne Abyei dans sa Constitution », a dit M. Béchir dans un discours prononcé devant des milliers de ses partisans ans dans l'État du Kordofan-Sud, où se trouve Abyei.

Les derniers développements dans ce dossier font craindre un déraillement du processus de paix amorcé en 2005 dans l'espoir de mettre un terme à la guerre civile qui a déchiré le pays depuis son indépendance, en 1956.

La carte du Soudan en janvier 2011La carte du Soudan en janvier 2011 Photo : Luc Lavigne

Le processus de paix prévoyait que le Sud-Soudan et la région d'Abyei tiennent des référendums distincts sur leur avenir.

Le Sud-Soudan a voté en faveur de la sécession avec le Nord dans une écrasante majorité. Le président El-Béchir avait publiquement accepté le résultat du scrutin.

Le vote à Abyei, qui devait déterminer si la région se joint au Sud ou au Nord, n'a cependant jamais eu lieu.

Des images satellites et les Nations unies ont récemment révélé que le Nord et le Sud ont massé des forces dans la région et les avaient armées de grenades autopropulsées et de mitrailleuses. Abyei connaît d'ailleurs une recrudescence des violences depuis janvier.

Le conflit entre le Nord et le Sud, qui s'explique par des lignes de fracture à la fois économiques, ethniques, religieuses et idéologiques, a fait quelque 2 millions de morts.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International