•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre de santé et de services sociaux Champlain placé sous tutelle

Infirmière
Radio-Canada

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Champlain, qui dessert en Montérégie les villes de Brossard, Greenfield Park, LeMoyne, Saint-Hubert et Saint-Lambert, a été placé sous administration provisoire. Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, cette mise sous tutelle est justifiée par « des difficultés rencontrées en matière d'organisation des soins et services, ainsi que de sérieuses lacunes constatées sous l'angle de la gouvernance et de la gestion ».

Le communiqué publié par le cabinet du ministre Bolduc précise que Marc Tanguay, ancien président-directeur général de l'Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, est désigné pour exercer « l'ensemble des pouvoirs du conseil d'administration pour une période de 120 jours », conformément aux dispositions de l'article 490 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux.

Selon cet article, un CSSS peut être placé sous administration provisoire dans des circonstances bien précises. Entre autres « lorsque l'établissement s'adonne à des pratiques ou tolère une situation susceptibles de compromettre la santé ou le bien-être des personnes » qu'il est censé accueillir, ou quand le ministre « estime qu'il y a eu faute grave, notamment malversation, abus de confiance ou autre inconduite d'un ou de plusieurs membres du conseil d'administration ou si ce conseil a manqué gravement aux obligations qui lui sont imposées [...] notamment en faisant des dépenses qui ne sont pas prévues au budget [...] ou qui n'ont pas été spécialement autorisées ».

Des difficultés de collaboration et des irrégularités budgétaires

En l'occurrence, la décision du ministre a été prise sur la base « d'informations et d'éléments factuels qui lui ont été transmis par l'Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie », indique l'attachée de presse d'Yves Bolduc, Natacha Joncas Boudreau.

L'agence montérégienne aurait notamment constaté des « difficultés de collaboration » entre le CSSS Champlain et les partenaires de santé de la région. Elle aurait également détecté des irrégularités budgétaires. Des enveloppes affectées à certaines activités auraient ainsi été utilisées pour d'autres prestations.

Ces anomalies ont eu « un impact substantiel sur les usagers du CSSS qui n'ont pas reçu les services attendus », signale Natacha Joncas Boudreau. L'attachée de presse ajoute que ces désordres budgétaires ne sont pas forcément la conséquence d'une mauvaise intention. « Je ne dis pas que ce n'était pas louable », insiste-t-elle.

Le CSSS Champlain avait obtenu la certification « qualité » du CQA

En février dernier, le centre Champlain avait pourtant obtenu la certification « qualité » octroyée par le Conseil québécois d'agrément (CQA). Sur son site Internet, le CSSS informe que cette certification « reconnaît la qualité des soins, des services et de la gestion de l'établissement ». Selon le communiqué en ligne, la « gestion financière exemplaire » du centre serait l'une des « principales forces relevées par le CQA ».

Au terme des 120 jours durant lesquels il remplacera le conseil d'administration du CSSS, Marc Tanguay remettra un rapport au ministre Bolduc. Ce dernier prendra ensuite « les décisions qui s'imposent », prévient son attachée de presse. Dans son communiqué, Yves Bolduc compte ainsi « sur la collaboration de tous les partenaires locaux pour faciliter le travail de M. Tanguay. Celui-ci saura prendre les mesures nécessaires pour assurer aux personnes desservies par le [CSSS] l'ensemble des soins et services auxquels elles ont droit. »

Aucun thème sélectionné