•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poète chilien Gonzalo Rojas meurt à l'âge de 93 ans

Gonzalo Rojas (archive)

Gonzalo Rojas (archive)

Photo : AFP / Javier Soriano

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Gonzalo Rojas, considéré comme l'un des plus grands auteurs latino-américains, est décédé lundi des suites d'un accident vasculaire cérébral à 93 ans, a annoncé lundi l'un de ses enfants.

Le poète chilien a reçu en 2003 le Prix Cervantes, la plus haute distinction de la littérature en langue espagnole.

Gonzalo Rojas était dans un « état de santé précaire depuis qu'il avait été victime d'un accident vasculaire cérébral en février », a déclaré son fils Gonzalo Rojas-May Ortiz à la radio Cooperativa.

Le gouvernement chilien a décrété deux jours de deuil national mardi et mercredi pour souligner l'immense apport de M. Rojas. Sa dépouille sera exposée au Musée national des beaux-arts jusqu'à mercredi, journée des funérailles.

M. Rojas est né en 1917 dans le port de Lebu, à 500 kilomètres au sud de la capitale Santiago. Il a obtenu plusieurs prix, dont celui de la reine Sofia en Espagne, en 1992, et celui d'Octavio Paz au Mexique, en 1998.

Il a été forcé à l'exil durant les années du régime militaire d'Augusto Pinochet (1973-1990). Il a été professeur dans des universités d'Allemagne, du Vénézuéla et des États-Unis, avant de revenir dans son pays natal, en 1995.

« Notre pays a perdu un grand, grand poète et une grande personne. »

— Une citation de  Le ministre chilien de l'Éducation, Joaquin Lavin

Parmi ses recueils traduits en français, figurent son premier Misère de l'homme (La miseria del hombre, 1948) et L'illuminé (El alumbrado, 1986).

Avec les informations de Agence France-Presse, Agence UPI, et La Nacion

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !