•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de talibans s'évadent à Kandahar

L'armée afghane monte la garde après que 500 détenus se soient évadés de la prison de Kandahar.

L'armée afghane monte la garde après que 500 détenus se soient évadés de la prison de Kandahar.

Photo : AFP / AFP/STR

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de 500 détenus ont réussi à s'évader de la principale prison de Kandahar dans la nuit de dimanche à lundi, rapportent des responsables afghans et des talibans.

La majorité des évadés étaient des insurgés, a indiqué un responsable de la prison, Ghulam Dastagir Mayar.

Un porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, a affirmé que les rebelles avaient creusé pendant cinq mois un tunnel en direction du pénitencier, contournant les postes de contrôle et les principales routes. Ils ont finalement réussi à déboucher sur les cellules de la prison dimanche soir.

Les détenus ont été rapidement conduits dans le tunnel de 320 mètres de long par trois prisonniers qui avaient été informés du projet, a-t-il affirmé par voie de communiqué.

L'évasion aurait duré plus de quatre heures et demie, les derniers prisonniers sortant vers 3 h 30.

Le gouverneur de la province de Kandahar, Tooryalai Wesa, a déclaré que les 478 détenus avaient réussi à s'évader en raison de la « négligence » des forces de sécurité afghanes. Il a ajouté avoir réussi à reprendre certains détenus, sans toutefois en préciser le nombre.

De leur côté, les talibans ont déclaré que 541 prisonniers s'étaient échappés, puis conduits à bord de véhicules dans des lieux sûrs. Un autre porte-parole des talibans, Qari Yousef Ahmadi, a ajouté que quatre d'entre eux étaient des commandants talibans provinciaux.

Un revers pour les forces internationales

Cette évasion massive vient rappeler la faiblesse persistante du gouvernement de Kaboul dans le sud du pays, malgré les fonds investis et les renforts en troupes internationales et en conseillers.

« C'est un revers majeur pour les forces afghanes et internationales qui ont revendiqué récemment des succès contre les talibans », souligne Waheed Mujhda, un expert de l'insurrection basé à Kaboul, cité par l'agence Reuters.

C'est un désastre qui n'aurait pas dû se produire.

Une citation de : Un porte-parole du président afghan Hamid Karzaï

Il s'agit aussi d'un sérieux revers pour les forces américaines qui espèrent entamer leur retrait d'Afghanistan d'ici juillet prochain et confier la responsabilité de la sécurité du pays aux seules forces afghanes.

Le programme de transfert doit s'amorcer dans un nombre restreint de secteurs et s'achever pour l'ensemble du pays d'ici la fin 2014. La région de Kandahar ne figure pas dans les zones choisies pour la première phase de transition.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !