•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des études montrent les effets secondaires de la pilule Yasmin

Une boîte de pilule Yasmin

Une boîte de pilule Yasmin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux études scientifiques publiées jeudi dans le British Medical Journal montrent que la pilule contraceptive Yasmin a des effets secondaires importants.

Les femmes qui l'utilisent auraient jusqu'à trois fois plus de risques de thromboses veineuses que celles qui prennent l'ancienne génération d'anovulant, comme le Triquilar.

Lors de sa mise sur le marché, il y a six ans, Yasmin était présenté par la compagnie pharmaceutique allemande Bayer comme le contraceptif idéal, qui permettait même de réduire les syndromes prémenstruels.

Mais selon Susan Jick, une scientifique du Boston University School of Medicine, qui a conduit l'une des recherches, le risque pour les femmes est significatif, même pour celles qui n'ont pas d'autres facteurs de risque comme le tabagisme.

L'agent actif du Yasmin, l'hormone synthétique drospirenone, augmenterait le taux de potassium dans l'organisme, ce qui pourrait causer des problèmes de santé.

Une pilule très utilisée

Près de deux millions d'ordonnances pour cette pilule ont été émises au Canada l'an dernier.

Les pharmaciens pourraient porter désormais un nouveau regard sur ce produit.

« Je recommanderais de commencer par une autre que celle-ci, étant donné les doutes. Par contre, une femme qui est bien stabilisée, cela lui convient bien. Elle n'a pas d'effets secondaires. À ce moment-là, je ne lui recommande pas de changer », explique Benoît Morin, propriétaire d'une pharmacie à Montréal.

De nombreux recours collectifs ont été lancés contre la pharmaceutique Bayer, qui produit le Yasmin et contre un autre contraceptif, le Yaz, qui utilise la même hormone synthétique.

Par voie de communiqué, le groupe Bayer conteste les conclusions des études et soutient qu'elles contiennent des lacunes méthodologiques importantes.

La compagnie affirme que le Yasmin n'est pas plus risqué que les autres contraceptifs oraux, qui augmentent eux aussi les risques de caillots sanguins.

D'après un reportage de Benoît Giasson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !