•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a un an, la marée noire

La plate-forme Deepwater Horizon a explosé le 20 avril 2010.

La plate-forme Deepwater Horizon a explosé le 20 avril 2010.

Photo : AFP / Getty Images/U.S. Coast Guard

Radio-Canada

Les États-Unis commémorent mercredi l'explosion de la plateforme pétrolière DeepWater Horizon, exploitée par BP dans les eaux du golfe du Mexique. L'accident s'est soldé par la plus importante catastrophe écologique de l'histoire du pays.

Un an plus tard, les conséquences de cet accident industriel sont encore très lourdement ressenties par les populations des États touchés, particulièrement la Louisiane, mais aussi le Mississippi, l'Alabama et la Floride.

La nappe de pétrole qui s'est formée dans les semaines qui ont suivi l'explosion a aujourd'hui disparu. Les spécialistes pensent que le pétrole s'est déposé au fond de l'eau. Du pétrole est toujours présent dans les bayous de la Louisiane, un écosystème fragile qui est difficile d'accès.

L'impact de l'utilisation de tonnes de dispersants chimiques pour combattre la marée noire reste également à établir.

Si l'industrie du tourisme a subi des pertes importantes dans la foulée de la catastrophe, ce sont les pêcheurs qui doivent aujourd'hui faire face à la situation la plus difficile.

La pêche à la crevette n'est plus autorisée que dans certaines zones éloignées des rivages, les stocks d'huîtres ont diminué de moitié et la pêche au crabe reste difficile. Les pêcheurs peinent à écouler leurs stocks.

À Pass Christian, dans le Mississippi, la pêche au crabe est devenue tellement mauvaise que Louis et Audrey Neal se retrouvent au bord du divorce et risquent de perdre leur maison.

« Je ne vois pas de lumière au bout de ce tunnel. Je ne vois pas d'espoir du tout. Nous pensions qu'il y aurait de l'espoir au bout d'un an, mais il n'y a rien », confie Audrey Neal.

« Nous ne gagnons plus d'argent. Il n'y a pas de crabes », ajoute son mari. « Je n'ai jamais été aussi mal de toute ma vie. Je suis sur le point de perdre toute ma famille, je ne peux même pas rembourser mes emprunts. »

Mme Neal dit avoir reçu environ 53 000 $ de BP, mais affirme que cela a tout juste suffi à rembourser trois mois de dettes. Le couple dit n'avoir rien perçu du fonds de 20 milliards de dollars mis en place par BP sur l'ordre du gouvernement fédéral.

780 millions de litres de pétrole dans le golfe

Dans un communiqué publié en début de journée, le président Barack Obama s'est engagé à « faire tout ce qui est nécessaire » pour restaurer les côtes du golfe, qui ont été frappées par la marée noire.

« Les événements du 20 avril 2010 et la marée noire qui a suivi soulignent le lien critique entre l'environnement et la santé économique du golfe », a déclaré le président. « Mon administration s'engage à faire tout ce qui est nécessaire pour protéger et restaurer les côtes du golfe ».

L'explosion de la plateforme DeepWater Horizon, à environ 80 kilomètres au large de La Nouvelle-Orléans, a fait 11 morts. Près de 780 millions de litres de pétrole se sont déversés dans le golfe avant que le puits ne soit finalement bouché, quatre mois plus tard.

Reprenant le refrain maintes fois entonné dans ce dossier, le président Obama a également émis le voeu que « BP et toutes les autres parties impliquées rendent des comptes pour les dégâts et les pertes dramatiques qu'ils ont causés ».

BP souligne le triste anniversaire sur son site Internet. Elle assure « qu'elle reste déterminée à faire face à ses obligations envers ceux qui ont été touchés par cette tragédie et qu'elle continue son travail pour renforcer la sécurité et la gestion du risque ».

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International