•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaz de schiste : Un élu conservateur de l'Î.-P.-E. s'inquiète des forages

Gaz de schiste
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Réagissant aux inquiétudes d'un député progressiste-conservateur, le ministre de l'Environnement de l'Île-du-Prince-Édouard, Richard Brown, assure que les entreprises gazières devront se plier à des règles extrêmement sévères si elles veulent exploiter le gaz de schiste dans la province.

L'entreprise PetroWorth a obtenu l'autorisation d'explorer un territoire de 160 000 hectares, dans l'est de la province, dans le but d'y trouver du gaz de schiste. Le ministère de l'Environnement vient d'ailleurs de renouveler son permis d'exploration.

Le député progressiste-conservateur Jim Bagnall s'inquiète de la méthode utilisée pour extraire le gaz, appelée la fracturation hydraulique. Par ce procédé, l'entreprise injecte de l'eau et des produits chimiques dans le sol. La pression fait éclater la roche et il est ensuite possible de recueillir le gaz.

Jim Bagnall demande au ministre d'annuler le permis de PetroWorth, soulignant que ce procédé pourrait contaminer la nappe phréatique. L'Île-du-Prince-Édouard tire toute son eau potable de puits artésiens.

Le ministre de l'Environnement se veut rassurant. Il promet notamment d'interdire la fracturation hydraulique sans la tenue d'évaluations environnementales et d'audiences publiques.

Par ailleurs, Richard Brown n'est pas convaincu que le gaz de schiste sera même un jour exploité à l'Île-du-Prince-Édouard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie