•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travailleuses en milieu familial : première convention collective

Garderie

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Les quelque 15 000 responsables de services de garde en milieu familial (RSG) ont signé mercredi une première convention collective avec le ministère de la Famille du Québec.

Cette ratification survient près de cinq mois après la conclusion d'une entente de principe entre le gouvernement provincial, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ).

Leur nouveau contrat de travail comporte une bonification de la subvention versée pour chaque enfant en milieu familial. À l'échéance de leur convention collective, en avril 2013, cette subvention passera de 19 $ par jour à 27,43 $.

À cette somme s'ajoutent les 7 $ payés par les parents. Les responsables obtiendront également un montant rétroactif pour la période débutant le 1er avril 2009.

« C'est une belle journée pour ces femmes qui travaillent au quotidien avec nos tout-petits. Leurs subventions quotidiennes augmenteront de 44 %. C'est du jamais vu pour des travailleuses autonomes », a déclaré la ministre de la Famille, Yolande James.

La ministre de la Famille Yolande James (archives)

La ministre de la Famille Yolande James (archives)

Protections sociales

En plus d'une augmentation de leur rémunération, les RSG auront droit à des jours fériés payés, des vacances annuelles et des compensations. Un comité de formation continue et de perfectionnement sera également mis sur pied.

Le contrat de travail touche 13 580 responsables de services de garde en milieu familial, qui ont sous leur supervision près de 92 000 enfants au Québec.

Les travailleuses avaient entrepris des moyens de pression (Nouvelle fenêtre) l'automne dernier afin d'accélérer le processus de négociation. Au final, les pourparlers auront duré plus de 14 mois.

Avec les informations de La Presse canadienne

Société