•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat à Minsk : Aveu de deux suspects

Un homme place une chandelle à l'extérieur de la station de métro de Minsk

Un homme place une chandelle à l'extérieur de la station de métro de Minsk où est survenue l'explosion le 11 avril 2011.

Photo : AFP / AFP/Viktor Drachev

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, a déclaré mercredi que deux suspects ont avoué avoir perpétré l'attentat survenu lundi dernier dans le métro de Minsk.

La bombe a explosé dans la station de métro Oktyabrskaya, située à une centaine de mètres du siège du gouvernement et de la résidence du président biélorusse, alors que la station était bondée. L'explosion a fait 12 morts et près de 200 blessés, selon le dernier bilan officiel.

Le vice-procureur général Andreï Chved a expliqué mercredi matin que des images captées par une caméra de surveillance montraient l'un des deux suspects en train de déposer un sac à la station de métro. Peu avant l'explosion, il semble chercher quelque chose à tâtons dans la poche de sa veste, visiblement un émetteur permettant de déclencher la bombe à distance, selon le ministre de l'Intérieur, Anatoli Koulechov.

L'un d'entre eux « est très certainement l'auteur » de l'attentat, a annoncé un porte-parole du parquet, cité par l'agence Reuters.

Les suspects ont avoué leur participation à l'attentat dans le métro, mais ils ont aussi sur la conscience les attentats commis le jour de l'Indépendance [en 2008 à Minsk] et à Vitebsk [en 2005 dans l'est du pays].

Alexandre Loukachenko, président du Bélarus
Une personne blessée dans une explosion dans le métro de MinskAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les secours ont prodigué sur place les premiers soins aux blessés

Photo : AFP / ANTON MOTOLKO

Selon une source policière citée par Interfax, le principal suspect est un jeune homme de 25 ans, qui aurait raconté avoir trouvé sur Internet des instructions pour fabriquer un engin explosif après avoir fait son service militaire dans l'armée bélarusse.

« Il explique ses actes par le plaisir que lui procure la souffrance humaine », a affirmé cette source, citée par l'agence Reuters. L'autre suspecte serait une jeune femme qui se serait présentée comme sa « petite amie ».

Une enquête est ouverte

Dans une allocution télévisée, le président a toutefois déclaré ignorer l'identité du commanditaire de l'attentat qui n'a pas été revendiqué. Il a demandé au procureur général d'interroger des militants de l'opposition dans le cadre de l'enquête, « sans égard pour la démocratie et les lamentations des étrangers ». Selon lui, ces derniers pourraient savoir qui « a ordonné l'attaque ».

Une journée de deuil national a été décrétée mercredi en l'honneur des victimes.

Cette explosion est survenue sur fond de tensions politiques au Bélarus. De nombreux opposants ont été arrêtés à la fin de décembre, après la réélection controversée d'Alexandre Loukachenko. Depuis 16 ans, ce dernier dirige d'une main de fer cette ancienne république soviétique.

Un opposant, Anatoli Lebedko, a d'ailleurs dit craindre mardi que l'autocrate n'exploite cet attentat pour accentuer encore la répression de ses adversaires politiques.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !