•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Winnipégois trouve un python dans sa salle de bain

serpent Python

Un serpent python

Photo : AFP / Greg Wood

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un homme de 75 ans de Winnipeg a trouvé un serpent d'un peu moins de deux mètres sous l'évier de sa salle de bain samedi.

Morley Wilson dit que sa toilette était obstruée il y a quelques jours. Il explique qu'il avait vu quelque chose d'orange et noir au fond de la cuvette, mais qu'il n'a jamais fait le lien avec un serpent.

Puis vers 3 h samedi matin, il a été réveillé par un son de verre qui se fracasse. Il a ouvert la porte de sa salle de bain et vu le serpent qui y rampait. Il a refermé la porte.

Je me suis rassuré en me disant que les serpents ont du mal à tourner les poignées de porte.

Une citation de :Morley Wilson

Morley Wilson a contacté les services d'urgence. Des agents du service de contrôle des animaux se sont rendus à son appartement de l'avenue Assiniboine et ont capturé le serpent, un python orange et noir.

Le propriétaire du serpent errant, un homme de 33 ans, habite le même immeuble. Lorsque les agents du service de contrôle des animaux ont fouillé son appartement, ils ont trouvé 50 serpents et autres reptiles.

Une dizaine de serpents qui seraient des espèces interdites ont été saisis par le service de contrôle des animaux. Les autres reptiles seront examinés afin de les identifier.

Selon l'agent Jason Michalyshen de la police, l'homme de 33 ans a coopéré avec les agents du service de contrôle des animaux. Il ajoute que les reptiles étaient bien traités et que l'homme serait un éleveur amateur de reptiles.

L'homme fait face à des accusations en vertu du règlement municipal sur les animaux exotiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !