•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'actrice porno Samantha Ardente congédiée

Samantha Ardente

Samantha Ardente

Radio-Canada

La Commission scolaire des Navigateurs congédie Samantha Ardente, l'actrice de films pornographiques qui était également secrétaire administrative à l'École secondaire Les Etchemins.

La femme était suspendue depuis deux semaines de son poste, après que sa double vie eut été révélée dans les médias.

La Commission scolaire des Navigateurs soutient que Samantha Ardente ainsi que le syndicat ont refusé les mesures administratives proposées, notamment le transfert de l'employée dans un service administratif ainsi qu'un encadrement pour éviter qu'une situation semblable ne se reproduise.

Dans les circonstances, la Commission scolaire des Navigateurs dit qu'elle n'avait d'autre choix que de congédier la jeune femme.

Nous considérons que les faits et gestes ayant conduit à l'incident dont il est question dans ce dossier sont inappropriés, inacceptables et incompatibles, non seulement avec notre mission, mais aussi avec les valeurs d'un milieu comme le nôtre.

Une citation de Léopold Castonguay, président de la Commission scolaire des Navigateurs

Le syndicat des employés de soutien de la Commission scolaire des Navigateurs a d'ores et déjà annoncé qu'il contestera le congédiement de Samantha Ardente.

Droit à la vie privée

Le conseiller syndical Steeve Veilleux soutient que la décision de l'employeur est une atteinte à la vie privée.

« On va déposer un grief dans les prochains jours, puis on va demander à un arbitre de trancher la question, sur la base qu'elle n'a pas commis de geste illégal, puis elle a fait des choses dans sa vie privée qui se sont retrouvées publiques, mais on va étayer notre argumentaire dans les prochaines semaines en prévision de l'arbitrage », explique-t-il.

De son côté, la jeune femme s'estime lésée et trouve la situation difficile. Des compromis auraient été faits de part et d'autre, mais en vain. « J'ai accepté la suspension sans solde avant ma réaffectation. Je me suis même engagé par écrit de ne plus faire partie de films pour adulte. J'ai accepté la majorité des engagements. Il y en a un sur lequel ça a accroché », a-t-elle affirmé à Radio-Canada.

Matière à grief

Alain Barré, professeur en droit du travail à l'Université Laval, croit qu'il y a matière à grief. Selon lui, il s'agit de la voix la plus rapide et la plus efficace. Le syndicat pourrait évoquer le droit à la vie privée contenue dans la Charte canadienne des droits et libertés, qui fait partie intégrante de toute convention collective.

Dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, je pense qu'il n'y avait absolument rien d'illégal dans le geste commis par la salariée, et je constate que ce n'est manifestement pas une salariée qui était en relation directe avec les élèves dans le cadre de son travail. Si elle avait été en relation directe avec les élèves dans le cadre de son travail, la réponse aurait pu être différente.

Une citation de Alain Barré, professeur en droit du travail à l'Université Laval

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Québec

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Québec.