•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bas-Saint-Laurent accueille favorablement l'idée d'un monorail électrique

Monorail SkyTran
Un résidant de Kelowna propose à la ville d'installer un système de transport en commun par monorail avec nacelles pour deux passagers comme le système SkyTran représenté ici. Photo: SkyTran
Radio-Canada

Une soixantaine de citoyens et d'acteurs socio-économiques du Bas-Saint-Laurent ont assisté mardi à Rimouski à une conférence des spécialistes de l'Institut de recherche en économie contemporaine au sujet d'un projet de monorail électrique.

Même si le projet de monorail suscite encore beaucoup de questions, il semble séduire la population. Des citoyens estiment qu'un tel projet pourrait engendrer des retombées économiques importantes.

Ce n'est toutefois pas prochainement que les gens pourront voyager à 250 kilomètres à l'heure dans un train suspendu à 10 mètres dans les airs. Le développement d'un prototype de monorail pourrait prendre jusqu'à cinq ans et son efficacité n'est pas garantie, selon l'enseignant en logistique du transport à l'Institut maritime du Québec, Gilles Boudreau. « C'est évident qu'il y a d'autres monorails électriques dans le monde, mais ils sont opérés sur de courtes distances et à basse vitesse, alors on devra faire des études plus poussées de faisabilité pour démontrer que c'est vraiment un mode de transport bien adapté au futur. »

Le Réseau des ingénieurs du Québec affirme que le monorail comporte plusieurs avantages par rapport aux trains à grande vitesse et que cette technologie mérite d'être étudiée davantage. Selon les chercheurs, l'implantation d'un réseau de monorails coûterait trois fois moins cher que la construction d'un TGV.

Est du Québec

Société