•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blocus autour de la résidence de Gbagbo

Un soldat pro-Ouattara observe la situation à proximité de la résidence de Laurent Gbagbo, le 6 avril 2011.

Un soldat pro-Ouattara observe la situation à proximité de la résidence de Laurent Gbagbo, le 6 avril 2011.

Photo : AFP / STR

Radio-Canada

Le président élu Alassane Ouattara a annoncé jeudi que ses forces encerclent la résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan, où se terre le président défait qui refuse d'abdiquer.

« Un blocus a été établi autour [du] périmètre » de la demeure présidentielle où Laurent Gbagbo « s'est retranché avec des armes lourdes et des mercenaires », a déclaré Alassane Ouattara dans un discours télévisé. Il a précisé que le bouclage visait à sécuriser les habitants du quartier de Cocody, où se trouve la résidence.

M. Ouattara a par ailleurs exhorté ses compatriotes à la réconciliation et a demandé à ses troupes de sécuriser la capitale économique du pays où se sont multipliées les violences au cours des derniers jours.

« Les auteurs des crimes seront sanctionnés », a-t-il promis.

Il a demandé à ses forces « d'être exemplaires dans leur comportement et de s'abstenir de tout crime, de toutes violences contre les populations ou de tout acte de pillage ». « Tous ceux qui seront impliqués dans de tels actes seront punis », a-t-il assuré.

Gbagbo défendu par 200 hommes

Selon le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, 200 combattants armés défendent le président sortant du pays contre les troupes de son opposant.

« Les forces dont dispose à ce jour, à cet instant, l'ancien président Gbagbo seraient d'environ un petit millier, dont 200 sont installées à sa résidence personnelle », a-t-il déclaré devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat.

« Sur Abidjan, l'ONUCI [NDLR : la mission des Nations unies en Côte d'Ivoire] a environ 2250 hommes, sur un effectif total en Côte d'Ivoire de 10 000. La France a porté ses effectifs Licorne à 1700, les groupes tactiques du président Ouattara représentent environ 2000 hommes », a ajouté le ministre Longuet.

Retranché dans un tunnel

Dans une entrevue à Associated Press, un porte-parole d'Alassane Ouattara, Meite Sindou, a dit croire que Laurent Gabgbo est retranché dans un tunnel qui reliait originalement la résidence du chef de l'État à l'ambassade française d'Abidjan.

Le premier président de la Côte d'Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, a maintenu une relation privilégiée avec la France après l'indépendance. Selon Christian Bouquet, professeur de géographie politique à l'Université Bordeaux III, c'est lui qui a fait construire le tunnel afin de trouver refuge à l'ambassade française dans l'éventualité d'un coup d'État.

M. Gbagbo aurait coupé ce « cordon ombilical » entre les deux résidences après avoir accusé la France d'avoir soutenu les Forces nouvelles lors d'une tentative de coup d'État en 2002. Ce sont ces forces, désormais appelées Forces républicaines, qui sont entrées à Abidjan la semaine dernière pour ce qu'ils ont décrit comme « l'assaut final » contre Laurent Gbagbo.

La force Licorne intervient

La force française Licorne est intervenue vers 21 h, heure locale, pour secourir l'ambassadeur du Japon et sept de ses collaborateurs, après l'intrusion dans sa résidence à Abidjan de combattants fidèles à Laurent Gbagbo. Ils ont été exfiltrés par hélicoptère, a précisé le ministre Longuet.

L'ambassadeur japonais Okamura Yoshifumi a été exfiltré par la force Licorne. Photo fournie par l'armée française.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ambassadeur japonais Okamura Yoshifumi a été exfiltré par la force Licorne. Photo fournie par l'armée française.

Photo : AFP / ECPAD/Sirpa Terre

« Il n'y a pas eu à proprement parler de combats à l'intérieur de l'ambassade », a dit le ministre français de la Défense. « Mais pour protéger cette extraction, il a fallu éliminer deux blindés qui étaient sur le site même. »

Par ailleurs, toujours selon le ministre Longuet, les hélicoptères de la force Licorne ont détruit « deux pick-up armés venant de la résidence de l'ancien président Gbagbo » qui cherchaient à « pénétrer dans la résidence de l'ambassadeur de France en tirant ».

Selon le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, la résidence de l'ambassadeur de France, qui jouxte celle de Laurent Gbagbo, a fait l'objet « d'attaques répétées » au cours des derniers jours.

Le ministre Juppé indique que la France reçoit de nombreuses demandes de pays étrangers, dont Israël, qui cherche aussi à faire évacuer leur personnel diplomatique.

L'ambassade du Canada en Côte d'Ivoire n'est pas située dans le quartier Cococy, mais dans le quartier du Plateau, où se trouve le palais présidentiel. Elle est fermée depuis quelques jours.

Des hélicoptères de la force Licorne et de l'ONUCI ont attaqué des positions des forces pro-Gbagbo au début de la semaine, en évoquant la nécessité de protéger les civils, comme le stipule la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon l'ONU, un million d'Ivoiriens ont fui leur domicile depuis que le dévoilement des résultats de la présidentielle de novembre 2008 a plongé le pays dans une crise politique.

Les combats entre les deux clans ont aussi fait environ 1500 morts, selon l'ONU. Le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, a annoncé mercredi qu'il compte demander l'autorisation d'enquêter sur des atrocités qui auraient été commises lors de ces affrontements.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International