•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robert Gates accuse l'Iran de créer des troubles au Moyen-Orient

Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense, à son arrivée à Bagdad

Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense, à son arrivée à Bagdad

Photo : AFP / Chip Somodevilla

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a accusé mercredi l'Iran de vouloir déstabiliser la région lors d'une visite en Arabie Saoudite.

À l'issue d'un entretien de 90 minutes avec le roi Abdallah à Riyad, M. Gates a affirmé que Téhéran cherchait à comploter contre les monarchies sunnites en utilisant les communautés chiites de pays voisins.

« Nous détenons des preuves selon lesquelles les Iraniens tentent d'exploiter la situation à Bahreïn et (...) envisagent de créer des problèmes ailleurs », a-t-il expliqué à la presse.

L'Arabie Saoudite partage ce point de vue et a dénoncé l'Iran comme l'instigateur des troubles à Bahreïn qui ont fait une vingtaine de morts depuis le mois de février. La dynastie sunnite des Al-Khalifa a envoyé un millier de soldats pour aider Manama à rétablir l'ordre.

Washington et Riyad s'inquiètent aussi du mouvement de contestation au Yémen, qui pourrait, selon eux, renforcer les forces d'Al-Qaïda.

« Nous avons discuté des moyens de stopper les actions déstabilisantes et les organisations extrémistes qui essayent de tirer profit des troubles dans la région. Les Saoudiens ne s'inquiètent pas pour eux-mêmes. Ils s'inquiètent pour ce qui se passe dans la région, y compris (l'attitude) de l'Iran », a ajouté Robert Gates.

Une visite surprise en Irak

Le secrétaire américain à la Défense s'est ensuite rendu en Irak pour un déplacement de trois jours.

Au cours de ce séjour qui n'était pas annoncé, il doit rencontrer le premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, ainsi que le président Jalal Talabani.

Selon un haut responsable américain de la défense, Robert Gates doit apporter « un message de soutien aux dirigeants irakiens pour la fin du processus de formation du gouvernement, particulièrement en ce qui concerne les ministères touchant à la sécurité ».

Il devrait ainsi appeler les dirigeants irakiens à nommer au plus vite un ministre de la Défense.

Washington se retire progressivement du pays, huit ans après la chute de Saddam Hussein. L'ensemble des troupes américaines, environ 50 000 hommes, doit avoir quitté l'Irak d'ici à la fin de l'année.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !