•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Méditer apaise la douleur, même pour les débutants

Un homme médite

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il n'est pas nécessaire d'être un adepte de la méditation depuis plusieurs années pour en tirer des bénéfices contre la douleur.

Le Dr Fadel Zeidan et ses collègues de l'Université Wake Forest ont montré qu'un peu plus d'une heure d'entraînement peut fortement réduire la douleur ainsi que l'activation des centres cérébraux qui en sont responsables.

Selon le Dr Zeidan, ses travaux sont les premiers à démontrer les bienfaits de la méditation contre la douleur chez les débutants.

Nous avons constaté un important effet de la méditation sur les sujets de l'étude avec une diminution d'environ 40 % de l'intensité de la douleur et de 57 % de l'inconfort lié à la douleur.

Dr Fadel Zeidan

Selon le chercheur, la méditation produirait même une plus grande réduction de la douleur que la morphine ou d'autres analgésiques, qui en diminuent l'intensité d'environ 25 %.

Quinze volontaires en bonne santé qui n'avaient jamais fait de méditation ont participé à la recherche. Ils ont suivi quatre séances de vingt minutes pour apprendre à contrôler leur respiration et à faire le vide de leurs émotions et de leurs pensées.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Neuroscience.

En décembre 2009, le Pr Pierre Rainville et ses collègues de l'Université de Montréal avaient démontré que les adeptes de la méditation zen étaient moins sensibles à la douleur parce que cette sensation n'était pas traitée dans la zone du cerveau responsable de l'évaluation, du raisonnement ou de la formation de la mémoire.

Selon le Pr Rainville, les personnes qui pratiquent la méditation ressentent bel et bien les sensations douloureuses, mais elles abrègent le processus en s'empêchant d'interpréter ou d'étiqueter les différents stimuli comme douloureux.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !