•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec met en place la norme conciliation travail-famille

Enfant
(archives)
Radio-Canada

Le ministère de la Famille du Québec lance mardi la norme conciliation travail-famille, qui s'adresse aux entreprises souhaitant faire reconnaître leurs bonnes pratiques en cette matière.

Selon la ministre de la Famille, Yolande James, cette « norme unique au monde » permettra d'attirer et de retenir une nouvelle génération de travailleurs pour qui la question de la qualité de vie revêt une importance particulière.

La norme énonce des exigences en matière de bonnes pratiques de conciliation travail-famille. Le Bureau de normalisation du Québec aura la responsabilité d'évaluer la conformité d'une organisation à l'un des quatre niveaux de certification.

Parmi les mesures reconnues, les entreprises pourront offrir un service de garde sur les lieux de travail, des congés pour raisons familiales, une semaine de travail comprimée ou encore un horaire flexible.

« Les défis qui guettent plusieurs secteurs de l'économie québécoise sont bien réels : pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, difficultés à recruter et à retenir les travailleurs, particulièrement les jeunes. Dans ce contexte, miser sur la conciliation travail-famille peut être une stratégie gagnante pour les employeurs », soutient la ministre Yolande James.

La norme a été élaborée par des représentants du milieu universitaire, d'Emploi-Québec, du ministère du Travail, d'employés et d'employeurs, qui travaillent à sa conception depuis 2007.

Selon la ministre de la Famille, ce sceau d'excellence permettra d'accroître la compétitivité des entreprises sur la scène locale et internationale.

Le retard du Canada

En 2008, une étude de l'Institut de recherche sur les politiques sociales et de santé de l'Université McGill comparait les normes conciliations famille-travail en vigueur dans 180 pays. Les chercheurs concluaient que le Canada accusait un important retard par rapport aux normes des travailleurs d'autres régions du monde.

L'étude notait toutefois que le Québec se démarquait avec son régime de congé parental et son réseau de garderies à 7 $.

Économie