•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les forces de l'ONU attaquent le palais et la résidence de Gbagbo

Les bombardements à Abidjan

Les bombardements à Abidjan

Photo : AFP / STR

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des hélicoptères des forces de l'ONUCI et les troupes de la mission française Licorne ont tiré sur deux camps militaires, le palais et la résidence du président sortant de la Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo, lundi, au cours d'une offensive des troupes du président reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara à Abidjan.

Quatre hélicoptères de l'ONU ont attaqué les positions de M. Gbagbo. « Des hélicoptères de l'ONUCI ont tiré sur les camps militaires d'Agban et d'Akouédo ainsi que sur le palais et la résidence présidentiels », a déclaré le porte-parole de la force onusienne, Hamadoun Touré. « On a travaillé avec la force française Licorne, conformément à notre mandat et à la résolution 1975 de l'ONU », a-t-il précisé.

« Nous avons lancé l'opération destinée à protéger les populations en mettant hors d'état de nuire les armes lourdes utilisées par les forces spéciales de Laurent Gbagbo contre les populations et contre les Casques bleus de l'ONU », a déclaré le porte-parole.

Les troupes de l'armée française stationnées en Côte d'Ivoire ont ainsi reçu l'autorisation de protéger la population civile et le personnel de l'ONUCI à la demande du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« Le président de la République a répondu positivement à cette demande et autorisé les forces françaises, agissant conformément au mandat que leur a donné le Conseil de sécurité, à participer aux opérations conduites par l'ONUCI en vue de la protection des civils », a déclaré l'Élysée par voie de communiqué.

Selon l'ONUCI, quatre Casques bleus en mission humanitaire ont été grièvement blessés samedi par des militaires de Laurent Gbagbo dans les environs du quartier Plateau. La force française Licorne, qui compte maintenant 1400 hommes en Côte d'Ivoire, a pour mission principale de soutenir l'ONUCI et d'assurer la sécurité des Français et étrangers en territoire ivoirien lors des conflits.

Offensive finale

Les troupes du président Ouattara ont donné l'assaut contre Abidjan, lundi, dans ce qu'ils souhaitent être « l'assaut final ». Un porte-parole du premier ministre Guillaume Soro, Alain Lobognon, a précisé que les troupes de M. Ouattara étaient entrées dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire par le nord.

Le président américain Barack Obama a de son côté exhorté Laurent Gbagbo à respecter la volonté de ses compatriotes et à « cesser de revendiquer la présidence », a indiqué la Maison-Blanche.

M. Obama a réitéré l'appel déjà lancé par les États-Unis en direction de M. Gbagbo, lors d'une conversation téléphonique qu'il a eue avec son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba.

« Le président Obama a réitéré sa conviction que l'ancien président Gbagbo doit respecter la volonté du peuple ivoirien et cesser de revendiquer la présidence », a indiqué la présidence américaine.

La victoire d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle du 28 novembre a été reconnue par la commission électorale ivoirienne et la communauté internationale. Validée par les Nations unies, elle a été rejetée par le Conseil constitutionnel, dirigé par un partisan de Laurent Gbagbo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !