•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président yéménite refuse de céder, les protestataires aussi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, s'est adressé une nouvelle fois samedi à ses partisans réunis aux abords du palais présidentiel, à Sanaa, pour dire qu'il n'avait pas l'intention de démissionner.

« Je salue votre position héroïque et vous remercie de soutenir la légitimité constitutionnelle », a déclaré Saleh à la foule brandissant des dizaines de portraits du chef de l'État, dont le mandat expire en 2013.

Sanaa, 2 avril 2011, les protestataires exigent le départ du président Saleh, qui se maintient au pouvoirAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sanaa, 2 avril 2011, les protestataires exigent le départ du président Saleh, qui se maintient au pouvoir

Photo : AFP / Ahmad Gharabli

Plus tôt samedi, l'opposition avait demandé au président contesté d'abdiquer au profit du vice-président, avec qui elle pourrait négocier un accord sur une période de transition.

Ali Abdallah Saleh, dont le départ est réclamé par l'opposition, fait face à un important mouvement de contestation depuis plusieurs semaines.

Vendredi, la capitale a été le théâtre d'une véritable démonstration de force. Les opposants et les partisans sont sortis dans la rue à deux endroits différents de la capitale, ce qui a forcé le déploiement d'un important dispositif de sécurité pour éviter des accrochages entre manifestants.

Le président Saleh a fait une brève apparition pour remercier les 10 000 partisans venus faire barrage à l'opposition qui avait annoncé une marche sur le palais présidentiel avant de l'annuler.

Le président Saleh oppose toujours un refus catégorique aux revendications de l'opposition alors qu'il ne jouit plus du soutien d'alliés tribaux et d'une partie de l'armée.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !