•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rebelles libyens reprennent deux villes stratégiques

Ajdabiya, 26 mars 2011, des rebelles sur un site bombardé par l’aviation de la coalition

Ajdabiya, 26 mars 2011, des rebelles sur un site bombardé par l’aviation de la coalition

Photo : AFP / Patrick Baz

Radio-Canada

Après avoir pris le contrôle de la ville stratégique d'Ajdabiya, assiégée depuis une semaine par les troupes du colonel Mouammar Kadhafi, les rebelles libyens disent avoir aussi pris le contrôle de Brega, autre ville importante du pays.

Les rebelles ont réussi à reprendre Ajdabiya au terme d'une nuit de combats intenses avec les troupes pro-Kadhafi.

Bombardés par l'aviation alliée et poursuivis par les insurgés, les derniers éléments de l'armée de Tripoli ont fui vers l'ouest, par la route côtière. Témoins et insurgés ont rapporté qu'ils se sont repliés sur Brega, ville portuaire du golfe de Syrte, à 70 kilomètres d'Ajdabiya.

Des rebelles libyens célèbrent sur un tank détruit dans la ville d'Ajbadiya.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des rebelles lybiens célèbrent sur un tank détruit dans la ville d'Ajbadiya.

Photo : AFP / Patrick Baz

Après les frappes internationales sur les forces gouvernementales postées aux entrées de la ville, les rebelles se sont emparés de la porte est, vendredi soir, puis de la porte ouest, samedi à l'aube, a raconté l'un d'entre d'eux. Juchés sur des blindés abandonnés et brandissant des drapeaux, les combattants ont tiré des rafales de joie.

Le ministre libyen des Affaires étrangères a confirmé le retrait des forces pro-Kadhafi d'Adjdabya en assurant qu'elles y retourneront.

Des journalistes ont constaté samedi matin qu'Ajdabiya avait retrouvé son calme et que les insurgés y circulaient en klaxonnant et en faisant le V de la victoire. Les habitants, sur le pas de leurs portes, se disaient heureux de pouvoir enfin sortir de chez eux après être restés terrés pendant des jours.

Plus tard samedi, les insurgés ont affirmé avoir pris le contrôle de Brega, autre ville stratégique en raison de son terminal pétrolier et de sa raffinerie.

« Brega est à 100 % aux mains des forces de libération », a déclaré Chamsiddine Abdoulmolah, porte-parole des insurgés à Benghazi.

L'information n'a cependant pas été confirmée de source indépendante.

Premier gain depuis de début de la mission alliée

La prise d'Ajdabya est la première victoire des rebelles depuis le début de l'intervention de la coalition internationale. Elle devrait renforcer le moral des insurgés qui perdaient du terrain depuis deux semaines.

Ils s'étaient retirés d'Ajdabya devant la contre-offensive des forces pro-Kadhafi arrivées aux portes de Benghazi il y a une semaine, juste avant le début des raids aériens occidentaux.

Les bombardements alliés de vendredi semblent avoir joué un rôle déterminant pour la reprise de la ville.

Frappes intensives sur la route vers l'ouest

Alors que les rebelles semblent progresser vers l'ouest, les opérations de la coalition internationale se poursuivent.

Selon un porte-parole du régime, la coalition internationale a mené des raids aériens intensifs contre les forces fidèles à Kadhafi sur les 400 km de route menant d'Ajdabiya à Syrte.

Les frappes internationales se poursuivent aussi dans les faubourgs de Misrata, toujours aux mains des insurgés.

La France a annoncé que ses avions de chasse avaient détruit « au moins » cinq avions de combat Galeb et deux hélicoptères de combat MI-35 des forces pro-Kadhafi à Misrata, la troisième ville du pays.

Selon un combattant de l'opposition, les bombardements ont aussi atteint un dépôt de munitions, et les tirs d'artillerie et de blindés de l'armée du régime ont baissé d'intensité.

Un résident de Misrata a cependant indiqué que des tireurs d'élite pro-Kadhafi ont à nouveau tiré sur des gens depuis des toits du centre-ville et que le nombre de morts au cours de la dernière semaine a atteint 115 personnes, dont plusieurs enfants.

L'intervention internationale en voie de réussir, selon Obama

Après la reprise d'Ajdabiya par les insurgés, le président américain Barack Obama a estimé que la mission internationale était « en train de réussir » et que les Américains pouvaient être « fiers des vies sauvées ».

« Ne vous y trompez pas. Parce que nous avons agi rapidement, une catastrophe humanitaire a été évitée », a déclaré le chef de la Maison-Blanche lors de son intervention hebdomadaire à la radio et sur Internet.

Vendredi, le régime libyen s'est déclaré prêt à négocier un plan de sortie de crise préparé par les membres de l'Union africaine. Il a réclamé l'arrêt immédiat des frappes aériennes menées par les pays de la coalition et a en échange assuré que Tripoli respecterait le cessez-le-feu décrété dimanche dernier.

Incident embarrassant pour le régime

Une femme libyenne a fait irruption samedi dans l'hôtel Rixos à Tripoli, où sont logés plusieurs journalistes étrangers, et a déclaré avoir été violée et torturée par des soldats.

Suppliant les journalistes de l'aider, la femme a ouvert son manteau et a exhibé des ecchymoses et des cicatrices sur ses cuisses.

Des agents de sécurité sont intervenus brutalement lorsque les photographes et caméramans se sont approchés de la dame en détresse. La femme, qui a dit s'appeler Iman al-Obeidi a été éloignée du site, avant d'être forcée de monter dans une voiture blanche pour une destination inconnue.

Plus tard, lors d'une conférence de presse organisée après l'incident, le porte-parole gouvernemental Moussa Ibrahim a déclaré que des enquêteurs l'avaient informé du fait que la femme était saoule et possiblement mentalement handicapée.

Mme al-Obeidi, avant d'être trainée à l'extérieur de l'hôtel, avait eu le temps d'expliquer aux journalistes qu'elle avait été détenue par des soldats, mercredi, à un point de contrôle de Tripoli.

Elle a ajouté que les militaires buvaient du whisky et lui avaient passé les menottes, avant de révéler que 15 hommes l'avaient violée par la suite.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International