•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs personnalités appuient le projet Bateau canadien pour Gaza

Une illustration sur le site Bateau canadien pour Gaza

Une illustration sur le site Bateau canadien pour Gaza

Photo : canadaboatgaza.org

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des gens de plusieurs horizons religieux et politiques, ainsi que des artistes et des représentants de groupes sociaux et syndicaux ont donné leur appui au projet Bateau canadien pour Gaza, qui espère défier le blocus israélien qui pèse sur Gaza.

La comédienne Pascale Montpetit, l'ancien ministre Warren Allmand, l'abbé et ancien député bloquiste Raymond Gravel, la dirigeante autochtone Ellen Gabriel, la coporte-parole de Québec solidaire Françoise David ainsi qu'un représentant du groupe Voix juives indépendantes, Yakov Rabkin, sont au nombre des personnalités qui ont rencontré la presse, jeudi à Montréal, pour expliquer pourquoi ils appuient cette cause.

Le Bateau canadien pour Gaza doit transporter du matériel humanitaire vers Gaza, des médicaments, du matériel pédagogique, des cartes postales et des matériaux de construction.

« Si notre bateau est capable de rentrer et de sortir, d'autres bateaux vont être capables de le faire. Ce qu'on veut, c'est clair, c'est briser le blocus et ne pas le briser seulement de manière symbolique », mais de façon à rouvrir la voie à un commerce et à des échanges possibles pour les Palestiniens, a expliqué Stéphan Corriveau, coordonnateur québécois du projet.

S'il parvient à franchir le blocus israélien, il espère aussi revenir de Gaza avec du matériel d'artisanat et de l'huile d'olive, entre autres, pour vendre ces articles à profit et financer ainsi l'envoi éventuel d'autres bateaux.

Une semblable initiative existe dans plusieurs autres pays.

« En tant que juif, j'ai l'obligation, le devoir de lutter contre les injustices, a dit Yakov Rabkin, de Voix juives indépendantes. Cette injustice est particulièrement grave parce que l'État d'Israël, très souvent, prétend qu'il agit au nom des juifs, voire au nom du judaïsme. Il est très important de souligner que beaucoup de juifs, tant en Israël qu'à l'extérieur d'Israël, trouvent le siège de Gaza absolument inacceptable, inhumain et contraire à tous les principes que promeut la tradition juive. »

Le Syndicat des travailleurs des postes dépêchera pour sa part deux personnes à bord de ce bateau canadien vers Gaza.

« C'est une question de dignité pour ces personnes-là, qui vivent dans une prison à ciel ouvert, qui manquent de l'essentiel. Alors non seulement comme humain, mais comme chrétien, je dois m'engager à changer cette situation-là, au nom de la dignité et au nom de la justice », a expliqué à son tour l'abbé Raymond Gravel.

Le bateau canadien doit faire partie d'une flottille de 15 navires, provenant de 25 pays. La Flottille pour la liberté 2 amènera quelque 1000 passagers.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !