•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coût des permis de recherche du gaz de schiste

Prospection

Véhicules servant à la recherche de gaz de schiste (archives).

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au Nouveau-Brunswick, les entreprises gazières paient au gouvernement 0,65 $ par année en moyenne pour explorer un hectare de terre. Ce montant est plus élevé qu'au Québec, mais beaucoup plus faible qu'en Alberta et en Colombie-Britannique.

Le montant est en fait six fois et demie plus élevé qu'au Québec. « Mais c'est quand même faible par rapport à ce qu'on trouve en Alberta ou en Colombie-Britannique où les montants jouent plus entre 500 $ et 10 000 $ par hectare », souligne Normand Mousseau, professeur à l'Université de Montréal et auteur de l'ouvrage La Révolution des gaz de schiste.

L'Alberta et la Colombie-Britannique ont plus d'expérience en la matière, selon Luc Savard, professeur en économie à l'Université de Sherbrooke, spécialiste de l'environnement. « Les chiffres albertains étaient plus élevés parce qu'on sait qu'il y a du gaz là. Il y a aussi l'infrastructure de service », précise-t-il.

Le coût de ces permis est trop peu élevé, selon Bethany Thorne-Dykstra, présidente des Citoyens pour un développement responsable des ressources, un regroupement qui réclame un moratoire sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste au Nouveau-Brunswick. Elle souligne que les activités des entreprises gazières génèrent d'importants profits et peuvent entraîner des problèmes environnementaux.

Lors de la phase d'exploitation, les entreprises devront remettre à la province 10 % du prix de vente du gaz extrait, mais le gouvernement du Nouveau-Brunswick compte modifier son régime de redevances prochainement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie