•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 10 000 morts confirmés au Japon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police nationale du Japon a annoncé que le bilan du séisme et du tsunami dans le nord-est du pays dépasse maintenant les 10 000 morts confirmés.

Aux 10 035 morts confirmés s'ajoutent 17 443 disparus et 2775 blessés. Cela en fait la catastrophe naturelle la plus meurtrière dans ce pays depuis 1923, lorsqu'un séisme avait fait plus de 142 000 morts.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une photo prise par satellite de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi le 18 mars 2011.

Photo : AFP / DIGITALGLOBE

Trois employés de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi ont été blessés après avoir été exposés à de fortes doses de radiation, jeudi, alors qu'ils tentaient de rétablir le courant dans le réacteur 3.

L'Agence japonaise de sûreté nucléaire a précisé que deux d'entre eux ont été hospitalisés après avoir été soumis à des niveaux de rayonnement atteignant 170 à 180 millisieverts.

En temps normal, un travailleur du nucléaire ne doit pas être exposé à plus de 20 millisieverts par année sur une période de cinq ans, selon les normes internationales.

Près de deux semaines après le séisme et le tsunami dévastateurs, les secours tentent toujours de refroidir les réacteurs de la centrale du nord-est du Japon. Évacué la veille après une émanation de fumée noire, le personnel a repris les opérations d'arrosage sur le réacteur 3, où l'électricité avait été en partie rétablie dans la salle de contrôle.

Environ deux douzaines de personnes ont été blessées depuis le début des fuites radioactives qui ont suivi les catastrophes du 11 mars dernier.

Les nourrissons peuvent à nouveau boire l'eau de Tokyo

L'inquiétude relative à la contamination reste vive à Tokyo, où les 13 millions d'habitants ont reçu la consigne, mercredi, de ne plus donner d'eau du robinet aux bébés. Jeudi, les autorités locales ont levé cette consigne, après avoir observé que le niveau d'iode radioactif dans l'eau courante de la capitale était revenu sous la limite légale de 100 becquerels pour les enfants de moins d'un an.

Après avoir atteint 131 à 210 becquerels par kilogramme, la concentration d'iode radioactif est tombé à 79 becquerels.

D'autres localités des préfectures de Chiba et Ibaraki, voisines de Tokyo, ont également déconseillé l'eau du robinet pour les bébés.

Le Canada renforce ses contrôles sur les produits japonais

Les craintes des conséquences des rejets radioactifs de la centrale sur les aliments japonais se propagent à l'étranger. Le Canada et l'Australie se sont ajoutés, jeudi, à la longue liste de pays qui ont pris des mesures de contrôle plus strictes à l'égard des produits frais en provenance du Japon.

L'Agence canadienne d'inspections des aliments exige maintenant que les produits laitiers, les fruits et les légumes provenant de la région de Fukushima soient accompagnés de documents attestant qu'ils sont sans risque pour la santé.

L'Australie a, quant à elle, gelé les importations de produits alimentaires provenant des quatre préfectures contaminées.

L'Union européenne leur a emboîté le pas, en annonçant un renforcement des contrôles sur les aliments importés dans 12 préfectures du Japon, soit Fukushima, Tokyo, Gunma, Ibaraki, Tochigi, Miyagi, Yamagata, Niigata, Nagano, Yamanashi, Saitama et Chiba.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !