•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada.ca met en ligne « Neuroblaste »

Félix Valois dans une scène de «Neuroblaste»
Félix Valois dans une scène de «Neuroblaste»
Richard Raymond

Amateurs de science-fiction, à vos souris! Radio-Canada.ca lance une websérie de science-fiction en bandes dessinées animées, intitulée Neuroblaste.

Avec cette websérie, les internautes surferont au rythme d'un suspense scientifique sur fond de conspiration internationale. D'ailleurs, son producteur, Pierre-Mathieu Fortin, pense que les tenants de la théorie du conspirationnisme seront servis.

Les conspirationnistes vont en avoir vraiment long à se mettre sous la dent.[[citation auteur="Pierre-Mathieu Fortin, producteur de « Neuroblaste »" ]]

Synopsis

Félix, Aube et Neil sont étudiants en neurologie à l'Université McGill. Ils poursuivent des recherches clandestines sur le cerveau humain pour trouver un vaccin contre la maladie d'Alzheimer.

Un groupe d'investisseurs anonymes leur propose de les embaucher dans son laboratoire ultrasecret de neuroscience. Neil est assassiné. Félix et Aube se résignent à collaborer avec le laboratoire privé. Mais, dégoûtés par les méthodes de ce labo, les deux jeunes chercheurs cherchent à fuir. Comment s'en tireront-ils?

Pour un public averti

Documenté par la journaliste scientifique Marie-Pier Élie, Neuroblaste s'inspire d'expériences de lavage de cerveau menées à Montréal dans les années 60. Le psychiatre Ewen Cameron, un ancien colonel de l'armée américaine, dirigeait alors l'Institut Allan Memorial.

Il a procédé, pour le compte de la CIA, à des expériences de déprogrammation du cerveau sur des patients atteints de diverses formes de maladies mentales.

Ce n'est pas une série pour enfants. Ça s'adresse à un public averti et amateur de science-fiction.

Pierre-Mathieu Fortin, producteur de « Neuroblaste »

Défis de la réalisation

Pour le réalisateur de la série, François Bégin, un des défis était de faire passer l'émotion malgré des dessins statiques.

Moi, c'était très important que ce soit très cinématographique.[[citation auteur="François Bégin, réalisateur de « Neuroblaste »" ]]

Les bandes dessinées animées qu'on trouve actuellement sur le web sont souvent narrées à la première personne. Un narrateur raconte des aventures et des dessins illustrent ses propos. François Bégin, lui, voulait faire passer l'histoire sans une voix qui guide le spectateur.

C'est dire que l'équipe a cherché à produire une série très rythmée, ayant beaucoup de mordant.

Aube Giroux, protagoniste de « Neuroblaste »Aube Giroux, protagoniste de « Neuroblaste »

Pour ce faire, les scénaristes n'ont pas hésité à multiplier les personnages et les lieux de l'action. Une dizaine de personnages se promènent de Montréal à Dubaï, en passant par New York, Buenos Aires et Zurich.

Pour Pierre-Mathieu Fortin, c'est la différence entre Neuroblaste et d'autres séries de dessins animés sur le web. Il ajoute qu'il n'a pas peur de se comparer aux webséries de bandes dessinées animées existantes.

Avec la qualité de production qu'on a ici, ça tient la route.

Pierre-Mathieu Fortin, producteur de « Neuroblaste »

En ligne lundi

Le premier épisode de Neuroblaste est mis en ligne lundi sur Radio-Canada.ca/neuroblaste. Suivront douze épisodes d'environ 4 minutes chacun, chaque mardi et vendredi, à compter du 29 mars, pendant huit semaines.

Outre la websérie, les internautes pourront suivre le blogue d'Aube sur le site. Dans Le journal secret d'une scientifique dans le pétrin, elle dévoile que Montréal serait le centre mondial d'expériences illégales sur le cerveau. L'étudiante suggère des hyperliens en référence aux résultats de ses découvertes.

Arts visuels

Divertissement