•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coalition dénonce un manque criant de services en santé mentale

Michèle Boisclair de la Fédération
interprofessionnelIe de la santé du Québec

Michèle Boisclair de la Fédération interprofessionnelIe de la santé du Québec

Radio-Canada

Une coalition de syndicats et d'organismes communautaires qualifie d'échec la réorganisation des services en santé mentale amorcée en 2005 par le gouvernement Charest.

Le comité de travail en santé mentale estime que la réforme, qui avait pour but d'améliorer l'accessibilité aux soins pour les gens atteints de problèmes de santé mentale, est loin d'avoir livré ses promesses.

Les syndicats et les organismes communautaires qui interviennent auprès des malades accusent même Québec d'avoir récupéré des millions de dollars en réduisant le financement des hôpitaux psychiatriques et en omettant de réinvestir cet argent dans les soins de première ligne.

Le comité rappelle que le plan ministériel prévoyait que les organismes communautaires bénéficient d'au moins 10 % du budget en santé mentale de chacune des régions du Québec. Or, depuis 6 ans, le financement des organismes de Montréal n'a jamais dépassé 5,3 %, selon la coalition.

« On sait qu'on a un premier ministre qui a les deux mains sur le volant. Il faudrait peut-être qu'il mette le pied sur le gaz pour être en mesure de pouvoir rendre la marchandise de cette réforme-là », a lancé Michèle Boisclair, de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec lors d'un point de presse à Montréal.

Selon Daniel Latulipe, du Réseau alternatif et communautaire des organismes en santé, il y aurait déjà plusieurs exemples concrets de ce manque d'accès aux soins.

« Des gens sont encouragés à déposer des plaintes contre leurs proches pour que cette personne-là soit traitée de façon judiciaire [...] Dans le système judiciaire, il y a une possibilité que cette personne-là soit référée au Programme d'accompagnement justice et santé mentale. Quand on est rendu là, c'est grave », affirme-t-il.

Le bilan du gouvernement quant à cette réforme, qui devait être rendu en janvier, est toujours attendu.

Membres du comité de travail en santé mentale

  • Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux
  • Conseil central du Montréal métropolitain
  • Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec
  • Fédération des professionnèles
  • Fédération de la santé et des services sociaux
  • Syndicat canadien de la fonction publique
  • Réseau d'organismes communautaires membres du RACOR en santé mentale

D'après un compte rendu de Marie-Christine Valois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique