•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

WikiLeaks a raison de l'ambassadeur américain au Mexique

Radio-Canada

L'ambassadeur des États-Unis à Mexico a remis sa démission, samedi. Carlos Pascual avait critiqué la stratégie mexicaine de lutte contre les cartels de la drogue dans un câble diplomatique révélé par WikiLeaks.

Dans ce document, le diplomate mettait notamment en cause les affirmations du président mexicain Felipe Calderon selon lesquelles son gouvernement gagnait du terrain dans la guerre contre les narcotrafiquants.

M. Pascual avait été nommé à ce poste il y a un an et demi. Sa décision résulte de « son désir d'assurer une relation forte entre les deux pays », a indiqué la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton dans un communiqué.

L'ancien ambassadeur des États-Unis au Mexique, Carlos PascualL'ancien ambassadeur des États-Unis au Mexique, Carlos Pascual Photo : AFP / Alfredo Estrella

La démission de l'ambassadeur confirme que les rapports entre l'ambassade des États-Unis et le gouvernement mexicain se sont détériorés depuis le dévoilement de la note, en décembre.

À la fin de février, le président Calderon avait exprimé sa colère à l'endroit du diplomate dans une entrevue accordée au journal mexicain El Universal.

« Je n'ai pas à dire à l'ambassadeur des États-Unis combien de rencontres je tiens avec les membres de mon cabinet de la sécurité. Ce n'est pas de ses affaires. Je ne tolérerai aucune forme d'intervention », avait lancé le chef d'État.

« Mais l'ignorance de cet homme se transforme en déformation de ce qui se passe au Mexique, a des répercussions et créé de l'animosité à l'intérieur de notre propre équipe », avait-il ajouté.

Puis, début mars, M. Pascual avait déclaré au Washington Post que la divulgation d'informations par WikiLeaks avait causé de « sérieux dégâts » aux relations entre les deux pays.

Le diplomate a quitté ses fonctions moins de deux semaines après une rencontre entre M. Calderon et le président Barack Obama à la Maison-Blanche. Il s'agit de la première démission d'un ambassadeur de l'administration Obama.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, Reuters, et BBC

International