•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu d'enthousiasme quant aux mesures pour le gaz de schiste

Site de forage de gaz de schiste
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les mesures du budget du gouvernement provincial concernant les municipalités touchées par l'exploitation éventuelle du gaz de schiste déçoivent le président de la Fédération québécoise des municipalités, Bernard Généreux.

Le budget du Québec présenté jeudi propose une modernisation du régime de redevances pour les compagnies qui exploiteront le gaz de schiste dans la province. À l'avenir, les redevances seront calculées grâce à un taux qui fluctuera entre 5 % et 35 %, selon les prix du gaz naturel et de la productivité d'un puits.

La ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, souligne tout particulièrement les gains pour les municipalités touchées. Elles recevront 100 000 $ sur 10 ans par puits en phase d'exploitation. Québec alloue aussi des sommes pour les coûts additionnels que l'exploration et l'exploitation gazière pourraient engendrer sur le territoire des municipalités.

Ces mesures sont toutefois accueillies froidement par le président de la Fédération québécoise des municipalités. « C'est des peanuts! », déclare Bernard Généreux.

Il estime les montants alloués loin d'être suffisants. Bernard Généreux souhaiterait que le gaz de schiste devienne un levier pour le développement régional. « Toutes les redevances sont dans un vieux modèle où on va compenser les municipalités uniquement pour les torts causés ou dommages, etc. Nous, on est particulièrement déçus », dit-il.

La déception est là même pour Normand Roy, de l'Association coopérative d'économie familiale Amiante-Beauce-Etchemins. « Selon nous, actuellement, ce qui est en train de se préparer, c'est une espèce de stratégie pour acheter les communautés tout simplement, pour essayer de fermer la trappe à du monde », croit M. Roy.

Nathalie Normandeau défend pour sa part le nouveau régime de redevances. « Par rapport au régime de redevances actuel, les municipalités font un gain dans le régime gazier. Dans le régime actuel, il n'y avait aucune trace d'aucune forme de compensation pour les municipalités », dit-elle.

Le gouvernement veut également que les municipalités soient mieux consultées à l'avenir. Aussi, un nouveau cadre légal devrait faciliter les ententes entre les compagnies gazières et les propriétaires de terrains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !