•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaz de schiste : des mesures budgétaires bien accueillies

Gaz de schiste
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les mesures présentées par le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, au sujet de l'industrie du gaz de schiste ont soulevé de nombreuses réactions jeudi, après qu'elles aient été rendues publiques.

Le Parti québécois a salué le changement de mentalité du gouvernement au sujet du régime de redevances. Actuellement, les taux varient entre 10 et 12,5 %, des chiffres qui devraient monter à 35 %, en fonction des prix du gaz naturel et de la productivité des puits.

« Ça fait des mois qu'on martèle que les Québécois doivent tirer au moins 50 % de la richesse créée par l'exploitation des hydrocarbures. Après avoir dénigré cette position, le gouvernement l'adopte. Tant mieux! », souligne le député du Parti québécois, Nicolas Marceau, dans un communiqué.

Il note toutefois que ces mesures ne s'appliquent qu'au gaz de schiste et qu'elles n'entreront en vigueur qu'après l'évaluation environnementale stratégique annoncée la semaine dernière par le ministre de l'Environnement à la suite du dépôt du rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Le PQ craint ainsi de voir « des millions de dollars partir en fumée pour encore quelques années ».

Même son de cloche de la part de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) qui « constate que le gouvernement ne fait que retarder ses projets d'exploitation ».

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) accueille elle aussi favorablement la hausse des redevances sur le gaz de schiste, mais exprime son insatisfaction par rapport aux compensations promises aux municipalités.

Le budget prévoit en effet octroyer 100 000 $ par puits sur dix ans aux municipalités où ils seront mis en production. La FQM estime ce montant « insatisfaisant » et juge que les municipalités devraient elles aussi « toucher de véritables redevances ».

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) fait le même constat et souhaiterait que les municipalités bénéficient de redevances, et non d'une simple compensation. Elle reconnaît toutefois le nouvel encadrement légal qui facilitera la conclusion d'ententes entre les entreprises gazières et les propriétaires de terrain.

L'Union des producteurs agricoles (UPA) se réjouit également de l'instauration de telles mesures.

Pour prendre connaissance de toutes les mesures annoncées au sujet de l'industrie du gaz de schiste, cliquez ici.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !