•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le FRAPRU déçu de la place du logement social dans le budget Bachand

Manifestation pour le logement social
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) se dit déçu du nombre moindre que prévu de logements sociaux prévu dans le budget du Québec.

Le coordonnateur du regroupement, François Saillant, accuse ouvertement le gouvernement de Jean Charest d'avoir renié ses promesses.

Il rappelle également qu'en campagne électorale en 2008, M. Charest avait promis « au moins » 3000 logements sociaux par année pendant cinq ans, pour un total de 15 000 unités de logement social et communautaire. Or, le présent budget en prévoit seulement 2000.

François Saillant ajoute que cela vient « d'enlever 70 millions de dollars aux mal-logés et aux sans-abri ».

Le FRAPRU se dit aussi peu rassuré que le gouvernement lie, pour les années à venir, son intention de poursuivre le programme de construction de logements sociaux et communautaires à l'amélioration de « l'ingénierie financière ».

Plus incisif, François Saillant ajoute : « Confier à la néolibérale firme CIRANO le mandat d'élaborer de nouveaux modes de financement du logement social, comme le gouvernement l'a fait récemment, c'est comme confier la banque de sang à un vampire ».

Le FRAPRU entend poursuivre ses pressions pour le financement de 50 000 logements sociaux en cinq ans, ce qui permettrait de répondre plus adéquatement aux besoins des 261 000 ménages locataires qui, selon les chiffres mêmes des gouvernements, ont des besoins pressants en matière de logement.

François Saillant salue toutefois la légère amélioration du programme Allocation-logement, dont l'âge d'accès sera abaissé graduellement de 55 à 50 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !