•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sculpture «Les affamés de Saqqarah» intrigue les spécialistes

«Les Affamés de Saqqarah»

«Les Affamés de Saqqarah»

Photo : Université Concordia

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Découverte rare ou faux récent? Grotesque ou sublime? Inestimable ou sans valeur? Telles sont les questions que se posent les spécialistes de l'Université Concordia au sujet d'une sculpture. Depuis son acquisition en 1999, ils n'ont pu élucider le mystère.

La sculpture en calcaire, baptisée Les affamés de Saqqarah, mesure 67 cm. Elle représente deux nus accroupis ayant des crânes surdimensionnés. On voit encore des restes de pigmentation et des inscriptions dans ce qui paraît être une langue très ancienne, que les experts sont incapables d'identifier.

Le directeur des Affaires culturelles et des projets spéciaux à Concordia, Clarence Epstein, a consulté des spécialistes de l'Université de Cambridge, du British Museum, du Musée de Brooklyn, du Musée d'Israël et du Musée des beaux-arts de l'Ontario. Aucune autorité jusqu'ici n'a pu retracer la généalogie de la sculpture.

Un spécialiste a fait observer que si on pouvait prouver qu'elle remonte à l'Exode, période de la fuite des juifs hors d'Égypte, l'oeuvre serait d'une extrême rareté. Un autre archéologue consulté est formel : soit elle a été enfouie dans un tombeau datant d'avant les dynasties pharaoniques, soit elle est purement et simplement fausse.[[citation auteur="Clarence Epstein" ]]

Cependant, pour l'historien de l'art suisse Jean-Jacques Fiechter, la sculpture est authentique. Dans son essai, il écrit : « Un marchand expérimenté et grand connaisseur de l'art égyptien comme Diniacopoulos n'aurait pas acheté ce groupe s'il ne l'avait pas considéré comme authentique, ni pris la peine de l'expédier à grands frais au Canada ».

Vincent et Olga Diniacopoulos avaient constitué une collection qui a été dispersée dans les musées et les collections privées du monde entier. Le couple avait amené Les affamés de Saqqarah au Canada. Il l'avait exposée dans leur galerie Ars Classica dans les années 1950. Saqqarah est le nom d'une vaste nécropole de Memphis, ancienne capitale de l'Égypte.

Exposition publique

Le public de la grande région montréalaise peut exceptionnellement admirer et commenter la sculpture jusqu'à vendredi. Pendant près d'un demi-siècle, cette oeuvre est demeurée dans une caisse scellée, en morceaux épars. Les affamés de Saqqarah sont exposés dans l'atrium du pavillon intégré Génie, informatique et arts visuels de Concordia, situé au 1515, rue Sainte-Catherine Ouest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !