•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les spécialistes accusent Québec d'entretenir le flou sur les frais médicaux

Dr Gaétan Barrette

Dr Gaétan Barrette

Radio-Canada

La Fédération des médecins spécialistes accuse le gouvernement du Québec d'entretenir volontairement la confusion au sujet des « frais illégaux » dans le réseau de la santé afin d'économiser de l'argent.

Selon le président de l'organisation, le Dr Gaétan Barrette, les règles actuelles, qui datent des années 1970, sont complètement désuètes et ne tiennent pas compte des progrès de la science et du coût des nouveaux équipements.

À son avis, l'État prend les médecins et les patients en otage en refusant de mettre à jour la liste des frais remboursables pour les procédures effectuées en cabinet.

« Il n'y a pas d'abus dans ce domaine-là. Il y a une situation irrégulière sur le plan réglementaire parce que tout le monde se met la tête dans le sable », a-t-il insisté lors d'un point de presse à Montréal.

La fédération recommande la création d'un comité tripartite, réunissant le gouvernement, les fédérations de médecins et des comptables, dont le mandat sera de faire la nomenclature des procédures admises et de fixer le montant remboursable pour chacune. Selon Gaétan Barrette, des groupes semblables existent déjà dans toutes les autres provinces.

En attendant, les patients continueront vraisemblablement à écoper. D'après le Dr Barrette, dans le contexte actuel les médecins n'ont en effet d'autre choix que de refiler la note aux patients en gonflant le prix des médicaments, des pansements et des anesthésiques. Ces dépenses sont en effet les seules qu'il est permis de facturer aux malades.

C'est ce qui s'est produit dans le cas de certaines personnes souffrant de dégénérescence maculaire liée à l'âge qui ont dû payer jusqu'à 200 $ pour des injections de Lucentis.

Mardi, le Collège des médecins a lui aussi réclamé des règles plus claires, afin d'éviter les dérapages. L'association professionnelle dit avoir reçu un nombre important de plaintes. Une poignée de personnes font d'ailleurs l'objet d'enquêtes parce qu'on les soupçonne d'avoir facturé des frais illégaux à leurs patients.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a indiqué qu'il considérait ce dossier comme prioritaire. Selon Gaétan Barrette, le sujet n'est pas sur la table actuellement. Le plus récent rapport sur la question, remis au gouvernement en 2007, accumule la poussière sur une tablette à Québec, a-t-il indiqué en substance.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société