•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une flambée des prix des produits électroniques

Des téléviseurs fabriqués par Sony en vente dans un magasin japonais.

Des téléviseurs fabriqués par Sony en vente dans un magasin japonais.

Photo : AFP / Yoshikazu Tsuno

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le séisme et le tsunami qui ont touché le Japon pourraient perturber l'approvisionnement mondial en composants destinés à l'industrie de l'électronique. Des hausses de prix sont à prévoir pour ces produits, selon les experts.

Le cabinet américain iSuppli affirme que la catastrophe naturelle se traduira sous peu par une pénurie de composants qui entrent dans la fabrication d'écrans à cristaux liquides et de cartes mémoires flash NAND, utilisées notamment dans les téléphones intelligents, les tablettes électroniques et les appareils photo numériques.

« Même s'il apparaît que les sites de production de produits électroniques n'ont pas été affectés, l'impact sur les infrastructures de transports et d'énergie aura pour conséquence des ruptures dans la chaîne d'approvisionnement », selon iSuppli.

Le cabinet iSuppli prévoit ainsi une flambée des prix qui pourrait persister jusqu'à l'automne. Déjà, les prix internationaux des cartes mémoires NAND ont bondi de 23 % depuis lundi. Ceux des puces utilisées dans les ordinateurs ont grimpé de 8 % en deux jours.

Le Japon représente 20 % de la production mondiale de semi-conducteurs et 40 % du segment des mémoires flash NAND.

De nombreuses entreprises de l'industrie de l'électronique ont annoncé la fermeture temporaire de leurs installations. Trois usines de Canon et huit de Sony sont fermées jusqu'à nouvel ordre. Ces installations fournissent habituellement une vaste sélection d'équipements pour différents produits électroniques.

Toshiba, qui livre à lui seul le tiers des cartes mémoires flash dans le monde, a fermé son usine System LSI et ignore à quel moment elle rouvrira.

Répercussions au Canada

Ces fermetures temporaires pourraient avoir un effet sur le secteur canadien de l'électronique.

Parmi les entreprises dont les titres sont échangés en bourse, on retrouve Research in Motion (TSX:RIM (Nouvelle fenêtre)), Aastra Technologies (TSX: AAH (Nouvelle fenêtre)), Celestica (TSX:CLS (Nouvelle fenêtre)), Sierra Wireless (TSX:SW (Nouvelle fenêtre)), SMTC (TSX:SMX (Nouvelle fenêtre)), Zarlink Semiconductor (TSX:ZL (Nouvelle fenêtre)) ainsi que la québécoise LYRTech (TSX.V:LTK (Nouvelle fenêtre)).

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !