•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'armée de Kadhafi reprend Zaoura et poursuit son offensive sur tous les fronts

Ajdabiya, 14 mars 2011 L'armée de Kadhafi redouble ses attaques et gagne du terrain.

Ajdabiya, 14 mars 2011 L'armée de Kadhafi redouble ses attaques et gagne du terrain.

Photo : AFP / Patrick Baz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les forces gouvernementales auraient repris Zouara après avoir concentré leurs attaques sur cette petite ville dans l'ouest de la Libye.

Après avoir repris le contrôle de la ville de Zaouia (200 000 habitants) pendant le week-end, les forces fidèles à Mouammar Kadhafi tentent maintenant de sécuriser le front ouest en reprenant une à une les positions tenues par les rebelles entre la capitale, Tripoli, et la frontière tunisienne.

Zouara, qui compte de 20 000 à 40 000 habitants, est située à quelques kilomètres de la frontière tunisienne. Selon des témoins cités par l'agence Reuters, les forces gouvernementales seraient entrées dans la ville par l'est, l'ouest et le sud. Elles auraient rencontré peu d'opposition des forces rebelles inférieures en nombre et inadéquatement armées.

« Nous n'avons pas d'armes, nous nous battons avec ce que nous pouvons trouver. Dieu seul sait ce que nous allons devenir », a déclaré le chef rebelle Abou Zeïd, à l'agence Reuters.

L'étau se resserre autour de Benghazi

À l'est de Tripoli, où les troupes gouvernementales ont effectué d'importantes percées, les insurgés ont perdu ce week-end les installations pétrolières de Ras Lanouf et la ville de Brega.

Les troupes fidèles au président Kadhafi concentrent désormais leurs attaques contre la ville de Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli. Toujours défendue par les insurgés, Misrata (300 000 habitants) est la troisième ville en importance en Libye après Tripoli et Benghazi.

La ville d'Ajdabiya se préparait aussi lundi à subir un assaut des forces gouvernementales qui poursuivent leur progression vers Benghazi, principal fief des rebelles et deuxième ville en importance du pays.

Les membres du G8 loin d'un consensus

Pendant ce temps, à Paris, où se déroule une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du G8, la France et la Grande-Bretagne tentent sans succès de convaincre leurs alliés, notamment les États-Unis et la Russie, de faire adopter une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU autorisant des actions militaires contre les forces du dictateur Mouammar Kadhafi.

Le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a reconnu lundi que la réunion ministérielle n'avait pas permis de réduire les divergences.

La France et la Grande-Bretagne sont par ailleurs favorables à une zone d'exclusion aérienne. Option qui n'est pas écartée par le ministre des Affaires étrangères du Canada.

Je ne ferme la porte à aucune action, aucune option.

Le ministre Lawrence Cannon

L'émissaire de l'ONU pour la Libye a réitéré lundi son appel en faveur de l'arrêt des violences et l'obtention d'un accès pour les organisations humanitaires.

Mais, jusqu'ici, aucune mesure concrète n'a été entreprise par la communauté internationale pour obliger le régime Kadhafi à cesser la violente répression engagée contre la population.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !