•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le séisme au Japon a fait au moins 900 morts

Des Japonais tentent de récupérer des affaires dans leur maison dévasté après le séisme dans la région de Fukushima au Japon.

Des Japonais tentent de récupérer des affaires dans leur maison dévasté après le séisme dans la région de Fukushima au Japon.

Photo : La Presse canadienne / Kyodo News

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police nationale japonaise a confirmé dimanche (heure locale) un bilan provisoire de 900 morts à la suite du séisme de 8,9 et du tsunami qui ont frappé le nord-est du pays, vendredi.

Le bilan provisoire ne tient pas compte de 300 à 400 cadavres découverts par l'armée dans le port de Rikuzentakata (nord-est).

Il ne tient pas compte non plus des quelque 200 corps qui, selon la police japonaise, ont été retrouvés dans la localité de Higashimatsushima.

Le nombre de victimes risque fortement d'augmenter au cours des prochaines heures ou des prochains jours.

Ainsi, la préfecture de Miyagi est sans nouvelles de 10 000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku qui en compte 17 000. Selon les autorités, quelque 7500 personnes ont été évacuées vers 25 abris. La chaîne de télévision NHK affirme toutefois qu'elles ne peuvent entrer en contact avec environ 10 000 autres personnes.

Quelque 1167 personnes sont aussi portées disparues dans la préfecture de Fukushima.

La police a indiqué que plus de 215 000 personnes avaient été déplacées vers des abris dans le nord et l'est du pays. Plus de 100 000 d'entre elles sont des résidents de Fukushima, où un avis d'évacuation est en vigueur dans un rayon de 20 kilomètres de deux centrales nucléaires.

« Je veux que la population surmonte ce séisme, qui doit être qualifié de désastre national sans précédent », a déclaré le premier ministre nippon Naoto Kan M. Kan samedi soir.

100 000 militaires mobilisés

Un soldat japonais porte secours à une femme âgée à Kesennuma, dans le nord-est du Japon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un soldat japonais porte secours à une femme âgée à Kesennuma, dans le nord-est du Japon.

Photo : AFP / Jiji Press

Le Japon a déployé 100 000 militaires pour porter secours aux sinistrés, soit le double de ce qui avait été annoncé plus tôt samedi. Navires, avions et véhicules militaires se dirigent vers la côte Pacifique de l'archipel, sévèrement touchée par le tremblement de terre et le tsunami.

Alors que les secouristes s'affairent à fouiller dans les débris pour retrouver des survivants, le premier ministre Naoto Kan a averti que ce premier jour de recherches était crucial.

« J'ai réalisé la dimension immense des dommages du tsunami », a-t-il déclaré, après avoir survolé en hélicoptère la zone sinistrée.

« Des zones résidentielles ont été complètement emportées dans de nombreuses zones côtières et des incendies se poursuivaient à d'autres endroits », a-t-il précisé ensuite à ses ministres lors d'une réunion d'urgence à Tokyo.

L'aide internationale s'organise

Les secours internationaux s'organisent au Japon pour venir en aide aux survivants du séisme.

Les États-Unis se préparent à mettre en oeuvre leurs moyens militaires et une dizaine de navires pour venir en aide à l'archipel nippon. Quelque 40 000 militaires américains sont déployés au Japon.

Une équipe d'experts de l'ONU se rendra dans le pays pour évaluer la situation et aider les équipes japonaises à coordonner l'aide internationale.

L'ONU a aussi indiqué qu'il y avait une équipe américaine de 200 experts, dont des sauveteurs et des médecins, ainsi que des missions sud-coréenne, mexicaine, nouveau-zélandaise, allemande et singapourienne disposant au total de 145 spécialistes et 30 chiens.

L'Australie enverra, de son côté, 72 experts et 22 tonnes de matériel de sauvetage et médical tandis que la Chine et l'Union européenne se préparent pour un déploiement. L'ONU précise que Télécoms sans Frontières envoie une équipe pour évaluer les besoins en communications et fournir une aide d'urgence.

Le Canada, par la voix du ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, s'est dit aussi prêt à apporter son aide. L'ambassade du Canada à Tokyo, elle, fournira de l'aide consulaire à ses ressortissants dans le besoin. Le gouvernement fédéral a confirmé samedi qu'un Canadien avait péri dans le séisme. Il invite les citoyens qui ont des proches dans la région touchée à communiquer avec lui au numéro sans frais 1-800-387-3124.

Des boules de feu géantes s'élèvent d'un incendie dans une raffinerie de Ichihara, dans la préfecture de Chiba, après le séisme qui a frappé la côte nord-est du Japon, le vendredi 11 mars 2011.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des boules de feu géantes s'élèvent d'un incendie dans une raffinerie de Ichihara, dans la préfecture de Chiba, après le séisme qui a frappé la côte nord-est du Japon, le vendredi 11 mars 2011.

Photo : La Presse canadienne / Kyodo News

Consultez les liens et les vidéos (Nouvelle fenêtre) proposés par notre chroniqueur web.

Une vague gigantesque déferle sur une zone résidentielle de la ville de Miyagi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une vague gigantesque déferle sur une zone résidentielle de la ville de Miyagi.

Photo : La Presse canadienne / Kyodo News

Un quartier résidentiel ravagé par les flammes à Natori.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un quartier résidentiel ravagé par les flammes à Natori.

Photo : AFP / Yomiuri Shimbun

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !