•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévoir les séismes et les tsunamis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les séismes

Epicentre du séisme de vendredi au JaponAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Epicentre du séisme de vendredi au Japon

Photo : AFP / AFP PHOTO / USGS

Le séisme qui a frappé le Japon a été précédé par une secousse prémonitoire de 7,2 sur l'échelle de Richter. Ce genre de secousse précédent le « principal » tremblement de terre est assez fréquent.

Mais cela ne peut toutefois pas servir de prédiction pour les tremblements de terre. En effet, il est impossible de dire si une secousse précède un autre séisme à venir ou s'il s'agit d'un tremblement de terre en soi.

En fait, même si les connaissances en sciences de la terre ont fait d'énormes progrès, il est aujourd'hui toujours impossible de prévoir un tremblement de terre. En revanche, les scientifiques savent quelles sont les zones dangereuses du globe.

La croûte terrestre est formée de plusieurs plaques qui bougent les unes contre les autres, qui glissent les unes sous les autres ou l'une le long de l'autre. Ces zones de friction correspondent aux régions de forte sismicité. Les scientifiques savent donc à quels endroits les frictions sont les plus importantes et risquent donc de provoquer des séismes majeurs.

Le Japon est situé sur une zone a très haut risque où surviennent 20 % des séismes du monde. La région de San Francisco aux États-Unis est aussi une région où l'on sait qu'un séisme de grande envergure se produira un jour.

Les tsunamis

Contrairement aux séismes, les tsunamis sont prévisibles. Ces vagues dévastatrices sont provoquées par des tremblements de terre, des glissements de terrain terrestre (tombant dans la mer) ou sous-marins. Le phénomène physique provoque une secousse qui remue l'eau et déclenche une vague.

Avance du tsunami dans le PacifiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Avance du tsunami dans le Pacifique

Photo : AFP / AFP PHOTO / USGS

Contrairement aux vagues normales dues au vent, les tsunamis ont en mer l'aspect de vagues qui ne dépassent pas quelques dizaines de centimètres. En revanche, elles voyagent beaucoup plus vite puisqu'elles peuvent avancer à plus de 800 km/h.

C'est à l'approche des côtes que l'énergie transportée par la vague se heurte aux fonds marins et se libère. Dans le cas d'un tsunami, cette énergie peut-être gigantesque. Et si le fond marin s'y prête, le « soulèvement » de la vague peut être particulièrement spectaculaire.

En fonction de la nature du phénomène qui provoque le tsunami et connaissant sa vitesse approximative de propagation, il est possible de prévoir qu'une zone côtière va être atteinte et dire à peu près quand.

Toutefois, il est difficile de prédire l'ampleur que prendra la vague côtière provoquée par le tsunami, parce que cela dépend du fond marin qu'elle va rencontrer et de l'énergie qu'elle transporte, ce qui n'est pas toujours très facile à évaluer. Il est cependant possible de prévenir les populations de se mettre à l'abri.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !